TEROUMA

TEROUMA

Le Tabernacle

Le modèle qu’il a été donné à Moïse de voir, sur lequel, le Tabernacle devait se construire, n’était rien de moin que le Corp du Christ. Tous les symboles du Tabernacle se réfèrent à Christ, à sa personne, à ses caractéristiques, à son ministère, à sa splendeur et à sa gloire.

Je te parlerai d’entre les deux chérubins

L’Éternel dit à Moïse que dorénavant, il lui parlera et lui divulguera ses lois d’entre les chérubins.

L’Arche de l’Alliance était recouverte par les ailes de deux archanges. Deux archanges protégeant les Commandements, deux piliers sur la fondation desquels l’Éternel parle. (Ex 25:22)

Le Temple du Seigneur repose sur les deux pilliers ou fondement des apôtres et des prophètes Jésus Christ lui-même étant la pierre angulaire. (Ef 2:19-20)

Lorsque Jésus fut transfiguré et que Moïse apparût en tant que Loi – essence du ministère apostolique – de l’autre côté apparût Élie en tant que représentant ultime de la mission prophétique, nous assistons à la réunification d’une trinité angélique qui fut brisée lors de la chute de Lucifer – porteur de la Lumière – est devenu Satan – ennemi, accusateur (Mt 17 – Mc 9 – Lc 9)

L’Éternel lui-même, en sa qualité de Messie (Christ) vient prendre la place laissée vacante par l’archange déchu et parle c’est-à-dire qu’il répend la lueure de sa gloire par sa parole en s’appuyant sur la Loi et les Prophètes. Bien que Moïse à cette époque en tant qu’être humain n’était que témoin externe de l’édification du Tabernacle, les chérubins ne sont autre que les représentations des archanges Michel et Gabriel qui ornent l’Arche de l’Alliance. Là, comme sur le mont des oliviers lors de la transfiguration, Il apparaît entre et uniquement en présence des deux chérubins par le ministère complémentaire desquels l’Éternel parle, sa voix s’élève, le Verbe, le Verbe qui s’est fait chaire, celui qui en tant que Messie oint, rétabli le ministère parfait du Temple Céleste.

Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus Christ lui-même étant la pierre angulaire. En lui tout l’édifice, bien coordonné, s’élève pour être un temple saint dans le Seigneur. En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de יהוה en Esprit. (Eph 2:20-22)

Moïse est Michel, Élie est Gabriel?

Nous lisons dans Zacharie 3, le proces de Josué le souverain sacrificateur. Satan l’accuse et l’Éternel lui dit: « Que l’Éternel te réprime ». Dans la traduction française, c’est l’Éternel lui-même qui est mentionné, chose qui est juste. En hébreux cependant c’est l’ange de יהוה qui figure dans le texte.

L’Ange de יהוה apparait à plusierus reprises et on s’accorde à dire qu’il s’agit de Christ qui se manifeste sous cette dénomination avant l’acte rédempteur. Par exemple, lorsqu’il apparaît aux parents de Samson et ne peut leur divulguer son nom, car celui-ci est merveilleux.

Nous voyons donc dans Zacharie, que Christ défend le Grand-Prêtre Joshua qui est revêtu d’un vêtement souillé et debout devant l’Éternel. Josué, Joshua ou Yéshoua apparaît ici suite au Sacrifice sur la croix, lorsqu’il prit le péché du monde sur lui. Il se souilla pour les autres, comme le grand-prêtre le fit plus tôt lors du sacrifice de la vache rousse.

Christ – le Roi oint – défend Yéshoua (Jésus) – le Grand-Prêtre ou Souverain Sacrificateur. Un seul Messie se manifestant sous une forme dualiste. Il se divise en deux représentant deux fonctions distinctes devant la Cour Suprême: Christ et Jésus.

Dans Jude, nous retrouvons le même récit avec des peronnages différents. À la place de Christ, nous retrouvons l’archange Michel qui défend Moïse contre les accusations du même Satan.
Or, l’archange Michel, lorsqu’il contestait avec le diable et lui disputait le corps de Moïse, n’osa pas porter contre lui un jugement injurieux, mais il dit: Que le Seigneur te réprime! (Jude 1:9)

Josué est la manifestation humaine de Christ.
Moise est la manifestation humaine de Michel.
Deux des apôtres ont reconnu deux personnages emblématiques plusieurs siècles après la mort de ces derniers – Moïse et Élie – à une époque où n’étaient en vogue ni la peinture et encore moins la photographie. Comment ont-ils pu savoir qu’il s’agissait de Moïse et d’Élie sans jamais les avoir vu aux préalables? Ils les ont vus en esprit et les ont ainsi reconnus en tant que tels. D’où auraient-ils bien pu les reconnaître si ce n’est par le biais de cette vision spirituelle qui leur a fait reconnaître les hommes qu’ils étaient durant leur passage dans notre monde.

Lorsque l’astre de l’aurore chut, il entraina dans sa perte un tiers des étoiles du ciel. Satan, en tant qu’archange, fut sans aucun doute suivi par l’armée des anges qui était originalement sous ses ordres. Isaïe 14:12, Ezéchiel 28:11-19
Contrairement à toute idée fantaisite juive, chrétienne ou autre, selon lesquelles il existerait quatre, sept, dix voir davantage d’archanges, même si il en est fait mention dans le livre d’Énokh auquel la Bible elle-même se réferre, mais qui ne fut jamais intégré aux livres sacrés (ou cannonisés), il n’existe que trois archanges, ou plutôt deux, car l’un d’entre-eux est tombé. La Bible ne mentionne que deux Autorités, il s’agit de Michel et Gabriel. Tout autre raphaël, ouriël et autres noms fantaisistes ne sont que des inventions humaines, ou plutôt a travers l’homme, l’invention d’esprit bien pires encore.

Le récit de Yéshoua changeant d’apparence sur le mont des oliviers et où il rencontra Moïse et Élie en est le témoignage. Des trois archanges, un a chut emportant ses propres soldats dans sa perdition. Les deux autres, Moïse et Élie, sont restés. יהוה, en sa qualité de Messie, prend lui- même la place restée vacante par le Porteur de lumière devenu Satan (ennemis). Comme Yéshoua dit: Je suis la lumière du monde…

En connaissance de cause, nous pouvons peut-être même aller jusqu’à répondre à la question la plus ancienne du monde: Pourquoi Elohim a-t-il crée l’Homme?

Zeev Shlomo

2016

KI THISSZÁ

KI THISSZÁ

La rançon

L’Éternel parla à Moïse, et dit: Lorsque tu compteras les enfants d’Israël pour en faire le dénombrement, chacun d’eux paiera à l’Éternel le rachat de sa personne, … Voici ce que donneront tous ceux qui seront compris dans le dénombrement: un demi-sicle, selon le sicle du sanctuaire … Tout homme compris dans le dénombrement, depuis l’âge de vingt ans et au-dessus, paiera le don prélevé pour l’Éternel. Le riche ne paiera pas plus, et le pauvre ne paiera pas moins d’un demi-sicle, comme don prélevé pour l’Éternel, afin de racheter leurs personnes. Tu recevras des enfants d’Israël l’argent du rachat, et tu l’appliqueras au travail de la tente d’assignation; ce sera pour les enfants d’Israël un souvenir devant l’Éternel pour le rachat de leurs personnes. (Ex 30:11-16)

Les piliers du Tabernacle ont une base d’argent. Le corps du Christ repose sur le fondement du salut, de sorte que tous les ministères du grand prêtre vont à ceux qui ont payé leur rançon.
Les hommes de plus de vingt ans devaient déposer cette somme sur l’autel de יהוה afin de financer la construction du Tabernacle. C’était une somme universelle, les riches ne pouvaient pas donner plus et les pauvres ne pouvaient pas payer moins. Tout le monde possédait au minimum cette somme d’argent, le symbole de nous-mêmes, notre personne que nous avons reçu gratuitement d’en haut et qu’il est nécessaire de remettre sur l’autel de יהוה pour pouvoir fonctionner correctement.

Cet acte symbolique n’est rien d’autre que le prototype du repentir, lorsque l’on prend la décision de retourner à יהוה afin que notre vie et notre destin ne soient plus entre nos mains, mais entre celles de l’Éternel. Nous remettons notre personne sur l’autel de יהוה pour qu’une nouvelle vie commence en nous.

zeev shlomo

2014

MISHPATIM

MISHPATIM

La parashat de la semaine contient presque exclusivement des lois. Ainsi les pensées sont contenues dans les enseignements suivants:

42/613 Esclave hébreu

45/613 Peine de mort 

55/613 Aucune preuve 

61/613 Animal lapidé 

65/613 Veuves et orphelins 

75/613 Respect des juges

77/613 Respect des princes 

79/613 Animal déchiré 

84/613 Défense des riches 

85/613 Défense des pauvres 

92/613 Défense des animaux

148/613 Interdiction de consommer du sang

YITRO

YITRO

Yitro le premier des prosélytes

Nous en sommes arrivés à l’événement le plus importants des livres de Moïse: la révélation des 10 Commandements de יהוה. Il est surprenant qu’une portion de Torah décrivant l’événement le plus important de l’histoire du peuple juif, fondement même de son identité, soit nommé d’après le nom du grand prêtre du peuple païen qui restera l’un des plus grands ennemis d’Israel, Midian. Ce peuple juif souvent accusé de communautarisme et de dédain vis-à-vis des autres nations, nomme la portion la plus décisive de ses écritures du nom d’un étranger. Outre le fait d’avoir été le beau-père de Moïse, le respect de la personne de Yitro s’explique principalement par le fait qu’il a été le premier homme prosélyte de l’histoire.

Yitro gérait la fortune de Moïse et prenait soin de sa femme et de ses enfants, en d’autres termes, de sa propre fille et de ses petits enfants. Yitro aide Moïse, sans l’accabler, sans lui imposer ni sa personne ni sa volonté, il aide véritablement Moïse à remplir son appel. Il témoigné également de sa foi après avoir vu le pouvoir de יהוה lors de la libération spectaculaire du peuple juif d’Egypte. Il déclare alors l’exclusivité de יהוה sur les autres dieux et en une sorte de préfiguration de la Cène, les lévites rompent le pain avec lui, signe de son intégration au Peuple Élu. Suite à cette alliance, il poursuit son ministère spécifique envers Moïse et lui recommande sous inspiration divine de nommer 70 sages au sein du peuple afin de répartir son immense travail et n’avoir plus qu’a s’occuper que des questions plus complexe. Ce conseil permit à Moîse des se libérer pour des tâches encore plus profondes de son ministère terrestre. Si Moïse avait dû continuer à gérer à lui seul toutes les affaires du peuple, il n’aurait jamais eu le temps de se prosterner devant יהוה afin d’intercéder auprès de Lui. Il reçut ainsi plus de temps à consacrer à la prière et au contact constant avec l’Eternel qui dans le cas de Moïse se faisait en personne à visages découverts. La quantité excessive de travail que Moïse aurait été contraint d’accomplir l’aurait tôt ou tard contraint à trancher de manière sèche et mécanique et aurait rendu son interprétation de la loi proche de la lettre et éloignée de l’esprit. Nous pouvons affirmer que Yitro a épargné à Moïse de tomber dans une forme de parisianisme.page7image1639632page7image1640256

Zeev Shlomo

17.01.2014

BESHALAKH

BESHALAKH

Traversée de la mer rouge

Nous faisons souvent l’expérience de la providence de יהוה à tel point que nous avons l’impression que des mers s’ouvrent devant nous. Au cours de notre vie de disciple, il y a des situations lorsque nous sommes simplement extraits d’une certaine situation et ceux qui nous persécutent se noient dans leur propre colère pendant que de notre côté, nous poursuivons notre voie sur un sol sec. Pendant ce temps, le monde avec tous ses dangers se dresse de part et d’autre de nous tels des murs hermétiquement fermés en un spectacle terrifiant, mais sans pouvoir nous atteindre. Pour un jeune croyant, l’Egypte et Pharaon ne sont souvent que leur propre famille incrédule voir faussement religieuse ainsi que les anciens amis et autres connaissances. Ils font tout ce qui est en leur pouvoir afin de t’empêcher de sortir dans le désert pour présenter à יהוה une véritable offrande, le sacrifice de notre propre personne. Alors יהוה nous sépare d’eux de manière souvent spectaculaire et l’hostilité cesse, comme si ces armées égyptiennes se noyaient au fond de la mer. Nous avançons et rejoignons l’autre côté où une nouvelle vie peut enfin commencer.

Il y a cependant un autre récit dans la Bible qui met en scène l’eau et la mer. C’est là que notre Maître apparaît marchant sur les eaux au milieu d’une tempête. Il s’agit ici d’une protection où, ayant atteint un certain âge spirituel, le Seigneur exige que nous prenions notre part de responsabilité. Nous devons contribuer par notre propre force humaine à surmonter certaines épreuves. Ici, la mer n’est plus séparée sur les côtés, et nous ne nous promenons sur un sentier bien stable, mais par le biais d’un miracle un peu plus « modeste », nous devons apprendre à progresser en marchant parfois sur l’eau.

Si tu n’appartient plus au monde, ce dernier ne doit plus ni être jugé ni être repoussé sur les côtés afin que tu puisse aller d’un point à un autre. Tu dois déjà pouvoir savoir comment côtoyer ce monde sans retomber dedans. Tu dois sans cesses comprendre d’avantage ce que veut dire la parole selon laquelle tu ne sera pas ôté de ce monde, mais tu en sera préservé (Jn 17:15). Tu dois prendre tes responsabilités afin de préserver ta vie spirituelle.

Sur notre sentier de croyant, יהוה nous offre sa providence selon notre degré d’expérience, de force, de vision et de sagesse spirituelle. Tant que nous sommes petits, faibles ou inexpérimentés, יהוה intervient de façon plus spectaculaire. C’est ainsi que nous voyons arriver des solutions drastiques dans nos épreuves. Si ultérieurement des difficultés semblables refont surface, Christ nous appelle à Lui tendre la main et à mettre les pieds sur l’eau. Je suis avec toi, tu dois pouvoir marcher sur l’eau, il n’y a plus lieu d’ouvrir les eaux devant ta face.

Lorsque nous voyons surgir un problème, nous nous arrêtons souvent sur le rivage et nous attendons avec impatience que la mer s’ouvre et nous nous étonnons de ne voir arriver aucune réponse de l’Éternel comme cela fut le cas auparavant. Pourquoi notre vie de croyant s’arrête après un certain temps sans que plus rien ne se passe? La réponse vient d’être donnée ici. Il t’a déjà fait sortir de situations similaires, maintenant à toi de jouer, tu connais le chemin, pose le pieds sur l’eau et démarre. Nous stagnons comme la génération qui sortit d’Égypte. Ce peuple était incapable d’aller de l’avant car il murmura contre l’Éternel et Moïse à chaque nouvelle épreuve après avoir été les témoins d’innombrables miracles spectaculaires. Ils reçurent toujours à manger et à boire mais redevinrent incrédules dès que la faim et la soif rejaillirent au sein du peuple. La conséquence en fut que cette génération a été condamnée à mourir dans le désert sans jamais voir s’accomplir la promesse de passer la frontière de la Terre Promise. Cette promesse ne put se réaliser qu’avec la génération suivante.page6image1647328page6image1670208

Zeev Shlomo

01/10/14

VAERA

VAERA

Le pharaon qui est en nous

Le récit des 10 plaies d’Égypte peut être lu comme on lit un roman ou comme l’on regarde un film en tant que spectateur externe n’ayant rien à voir avec l’histoire. Le comportement rebelle de pharaon à l’encontre de la volonté de יהוה peut même nous paraître repoussante à la lecture de ce passage de la Bible. Il est cependant utile d’analyser cette histoire sous un autre angle également, car des choses très intéressantes peuvent se dévoiler en nous. Pour moi, ce passage est toujours un avertissement quant à savoir s’il reste toujours quelque chose de pharaonien en moi. Reste-il dans mon âme et esprit quelque chose qui m’empêche d’évoluer sur mon sentier de fidèle et d’avancer en esprit afin de servir l’Éternel hors d’Égypte. Car j’ai beau en être déjà sorti suite à ma conversion et à ma naissance à nouveau, il reste néanmoins certaines choses qui nécessitent une analyse plus profonde et constante afin de me libérer de plus en plus de toute impureté. Il serait dommage de voir en la personne de pharaon un ancien souverain mort depuis longtemps et n’ayant aucun effet dans le présent et dans nos vies car nous perdrions la possibilité que יהוה puisse continuer à démasquer et à juger la présence et l’action de spiritualités étrangères toujours encrées en nous.

La caractéristique principale du personnage de pharaon est qu’il s’affole et semble se soumettre à la vue des problèmes pour ensuite se laisser endurcir. Il s’agit là d’un trait de caractère typiquement humain et rares sont ceux d’entre-nous qui en sont exempts. Nous ne nous prosternons souvent devant יהוה que lorsque les problèmes arrivent. Notre humilité et le nombre de nos prières croit à mesure que les plaies nous rattrapent. Dès que l’accalmie arrive, nous retournons à nos petites besognes en toute bonne confiance.

Nous vivons ces étapes lors de notre conversion. Tout se transforme en sang dans nos vies, toutes sortes de parasites nous rongent et les maladies nous guettent. Nous avons le sentiment que tout s’écroule autour de nous puis arrive la mort du premier-né. Notre propre personne, notre égo en tant que premier-né. Cet amour propre qui nous met devant et avant toute chose, notre principale idole qui doit mourir pour enfin laisser la place à notre nouvel homme naissant à nouveau par Christ cette fois.

Néanmoins, ce processus continue et doit continuer, lorsque la sanctification suit son cours dans notre esprit. En tant que disciples nés de nouveau en Christ, il reste abondamment de choses à mettre au point en nous, pour que toutes les actuelles idoles, les actuels premiers-nés continuent à mourir afin de laisser place à Christ dans tous les segments de notre être.

Les magiciens d’Égypte

Il est remarquable de voir que jusqu’à un certain point, les magiciens d’Égypte sont capables de reproduire les mêmes miracles que ceux que l’Éternel accompli par le biais de Moise et Aaron. Ils transforment des bâtons en serpents, de l’eau en sang, ils font surgir des grenouilles et toutes sortes d’insectes et de parasites, etc. De nombreuses théories et explications ont vu le jour concernant les méthodes qu’ils ont utilisés pour mener à bien leurs imitations. Je ne souhaite pas m’attarder sur ces détails, car il existe en effet des explications scientifiques et d’autres moins scientifiques à ces choses. Il est en effet possible d’hypnotiser des serpents jusqu’à ce qu’ils deviennent droits et raides comme des bâtons puis les jeter à terre en les réveillant de leur sommeil. Le bâton d’Aaron quant à lui n’était pas fait de serpent hypnotisé, mais bien de bois sec. Il est malgré tout devenu serpent, de surcroît un serpent capable d’en avaler d’autres. Les miracles plus grands, sont par contre plus suspects et impliquent très certainement une intervention spirituelle venant d’un pouvoir au-dessus des hommes. Car en effet, pour certaines plaies, il est à peine pensable que des tours de magies ou des phénomènes scientifiques soient suffisants pour les engendrer. Satan et ses acolytes ont reçu un certain pouvoir qu’ils utilisent de temps à autres. C’est très certainement ce qu’ils firent alors et c’est ce qu’ils feront bientôt afin d’en tromper beaucoup selon les prophéties de la fin des temps.

Ce qui est plus intéressant pour nous, c’est d’observer que Pharaon endurcit son cœur lorsqu’il voit ses hommes faire les mêmes prouesses que le Elohim d’Israel. De simples hommes semblent avoir le même pouvoir que l’Éternel. Pharaon voit un miracle du Seigneur et se retrouve rassurer lorsque ses hommes en font de même.

Nous entendons souvent des hommes prêcher sur le sujet des 10 plaies d’Égypte en donnant des explications scientifiques aux phénomènes décrits, comme par exemple la transformation des eaux en sang. Il existerait une algue ou une bactérie qui se met à pulluler dans les eaux du Nil de temps à autres, lui octroyant une couleur rougeâtre et exterminant toute forme de vie autour d’elle. Par conséquent, les dépouilles de la faune du fleuve remonte en masse à la surface des eaux, favorisant ainsi la prolifération des crapauds ou grenouilles et autres insectes parasites qui propagent des maladies. Ils arrivent à expliquer tout le processus des 10 plaies par des explications rationnelles et scientifiques qui furent certes engendrées par la volonté de יהוה, mais qui ne sont finalement pas si extraordinaires que ça. Ils soulignent ainsi qu’il ne faut pas tout prendre au pied de la lettre.

Les bactéries, ou les algues ont beau pouvoir surgir, c’est d’ailleurs l’une des explications potentielles du « pouvoir » des magiciens, mais la Bible nous dit que toutes les eaux se sont transformées en sang. … étends ta main sur les eaux des Égyptiens, sur leurs rivières, sur leurs ruisseaux, sur leurs étangs, et sur tous leurs amas d’eaux. Elles deviendront du sang: et il y aura du sang dans tout le pays d’Égypte, dans les vases de bois et dans les vases de pierre. (Exode 7:19). Il est évident que יהוה est capable d’engendrer des dommages considérables rien qu’en faisant pulluler les bactéries dans les eaux du fleuve afin que sa couleur vire au rouge, ici il est cependant question de sang réel, les bactéries quant à elles n’apparaissent pas simplement comme cela dans les vases de bois ni de pierre. יהוה peut user des forces de la nature étant donné que tout est sa création. Il est néanmoins dangereux de vouloir convaincre les incrédules en se pliant à leurs règles afin de canaliser leur attention. À force de trop vouloir impliquer les sciences dans l’enseignement de la Parole de יהוה, nous risquons, sans le vouloir, de jouer le rôle des magiciens. Car les pharaons ont hâte de voir surgir une réponse rationnelle et palpable afin de neutraliser et d’anéantir les signes et les jugements donnés par יהוה. Car le cœur de pharaon ne s’est pas toujours endurci à la vue de la disparition des prodiges. Si nous lisons bien, nous voyons que dans la plupart des cas ce fut en effet à la vue du pouvoir des magiciens à imiter ou expliquer les plaies qu’il persista à rejeter l’obéissance à l’Éternel.

Où et comment faire nos offrandes au Seigneur?

Moïse répondit: Il n’est point convenable de faire ainsi; car nous offririons à l’Éternel, notre Elohim des sacrifices qui sont en abomination aux Égyptiens. Et si nous offrons, sous leurs yeux, des sacrifices qui sont en abomination aux Égyptiens, ne nous lapideront-ils pas? (Ex 8:26).
J’ai rarement eu la conscience tranquille au son de louanges faites dans les lieux publics, tels la rue ou les bouches de métro. Je suis toujours préoccupé à la vue de croyants apostrophant des inconnus dans la rue comme des marchands de tapis en essayant de les évangéliser. J’étais mal à l’aise de les voir agir comme j’agissais moi- même peu de temps auparavant. De même, il m’est pénible de voir des juifs planter des hannoukkias aux quatre coins de la capitale, dans les lieux les plus souillés aussi bien en esprit qu’en crotte de chiens en faisant de nos objets sacrés des numéros de cirque. Cette phrase prononcée par Moïse résume bien le problème. Elle préfigure également la sommation reçue plus tard par notre Maître : Ne donnez pas les choses saintes aux chiens, et ne jetez pas vos perles devant les pourceaux, de peur qu’ils ne les foulent aux pieds, ne se retournent et ne vous déchirent. (Mt. 7:6). Le nom de Yéshoua ainsi que les symboles du judaïsme sont haïssables aux yeux de beaucoup. Une grande question est effectivement de savoir où et quand prêcher Sa Parole. En occasion favorable, et en occasion défavorable comme l’a dit Paul. En effet, les temps sont de plus en plus défavorables à la Parole de יהוה. Mais lorsque le germe du Verbe fait son apparition dans le cœur de quelqu’un, les temps tournent à la tempête autour de lui, faisant tout pour défavoriser son éclosion, car l’ennemi ne dort jamais. C’est lorsque nous sommes le plus proche de la conversion, de la naissance à nouveau ou de n’importe quel tournant positif en esprit dans nos vies, que les attaques sont les plus virulentes contre le processus de purification en cours. L’avertissement de Paul est à interpréter de cette façon. Combattons de manière la plus acharnée pour la vie d’autrui lorsque le cœur de son, ou de ses pharaons est le plus dur et refuse plus catégoriquement que jamais de laisser s’échapper sa proie.

Cependant, il me semble qu’il existe un temps absolument défavorable à l’exhibition de ce qui est Saint. Lorsque je le fais aux yeux de celui ou ceux qui n’ont aucun germe dans le cœur, qui ne viennent pas pour changer et pour s’humilier devant la grandeur de Celui que je représente. Ceux-ci se sentent bien dans leur peau et n’ont aucune envie de changer. Ils souhaitent poursuivre leur vie telle qu’elle était jusque-là en cherchant d’autres solutions à leurs problèmes. Dans ces cas-là, il n’y a pas lieu de prononcer Son Nom et d’exhiber des symboles saints de manière vaine. Car en cas contraire, il me faudra compter sur la contre-offensive sans pitié du monde des esprits et je risquerais de me retrouver sans défenses face à des puissances maléfiques sur le terrain desquelles je me serais avancé de manière irresponsable et inconsciente. Ne mettons jamais le pied sur des champs de mines, là où le Seigneur ne nous envoie pas. Sachons dire non à nos “bonnes idées” et au lieu de nous lancer dans de faux ministères, attendons plutôt notre propre délivrance complète afin que יהוה puisse nous envoyer sur le terrain qu’Il aura défini pour nous afin de Lui présenter nos offrandes.page5image1657104page5image1617792

zeev shlomo

27/12/13