Que la Lumière soit

Au commencement, Elohim créa les cieux et la terre. La terre était informe et vide: il y avait des ténèbres à la surface de l’abîme, et l’esprit de Elohim se mouvait au-dessus des eaux. Elohim dit: Que la lumière soit! Et la lumière fut. (Genèse 1:1-3)

À la lecture de la première portion de la Tora cette année, il me semble que le récit de la création ne commence pas tout à fait par la création du ciel et de la terre comme je le percevais jusque maintenant. La création du ciel et de la terre est un fait déjà accompli lorsque le récit s’amorce. Le premier acte concret que nous relate la Bible est bien le don de la Lumière. Bien que la lumière, la Lumière du Seigneur ait toujours existé et existait déjà avant toute création, l’histoire dévoile le don de cette lumière dans le monde après que le ciel et la terre furent créés. La première parole de Créateur est que la lumière soit. Comme si le ciel et la terre ne servaient que de simples décors à quelque chose de beaucoup plus majestueux.

Lorsque Elohim crée quelque chose dans nos vies, l’important n’est pas le don en soi, mais bien la lumière qui l’accompagne. L’important n’est pas autant de savoir comment le ciel et la terre ont-ils été créés, en combien de temps, combien d’anges y a-t-il là-haut et combien d’hommes ici-bas, car sans lumière divine tout ceci ne servirait à rien. La grande question est bien, y a-t-il la lumière ou non. Car ce que Elohim crée ne vaut rien en soi, si יהוה n’y ajoute pas sa Lumière, s’il ne l’emplit pas de Sa propre personne. S’il ne nous éclaire pas sur le but de la création et sur le mode d’emploi, le chaos reprend le dessus. Pourquoi une conjointe si je ne sais comment l’aimer, pourquoi des enfants si je ne peux représenter יהוה à leurs yeux sans qu’ils ne deviennent croyants que par tradition et religiosité et non par conviction, car ils auront vu et ressenti l’Éternel en nous. Pourquoi le gîte si ce n’est pas l’Esprit de Christ qui y règne. Mais ceci est vrai dans tous les domaines de la vie, pourquoi le travail, le ministère ou quoi que ce soit que nous pouvons recevoir du Seigneur, s’il ne le remplit pas de sa lumière, de sa loi et de la vie. Pourquoi la voiture s’il n’y a pas de phares afin d’éclairer la route de cette vie de plus en plus obscure. Sans lumière nous finirions dans le meilleur des cas dans le fossé.

Sans la Lumière du monde, sans Christ, rien n’a de sens, au contraire tout est en péril, car la teigne et la rouille en finiront tôt ou tard. Un don de יהוה utilisé sans son Esprit est vide et inutile en soi. Ce genre de don cesse d’être une bénédiction au profit du Royaume de יהוה et même pour le monde ici-bas. Si je n’utilise pas mes biens, ma connaissance, ma propre personne au profit de Son Royaume, alors tout ce que je possède ressemble à ses trésors terrestres futiles et éphémères.

Les savants savent aussi depuis pas mal de temps que la lumière est en réalité l’élément le plus vital et indispensable au monde. Sans lumière la vie n’aurait jamais pu apparaître et rien ne pourrait être observé. La vitesse de la lumière est elle-même une constante qui régit pratiquement tous les fonctionnements de la physique. En outre, toutes les informations contenues dans l’univers sont véhiculées par la lumière.

Déformation

La première parole de l’ennemi est également porteuse d’un grand message. Il est intéressant d’observer comment fonctionne le mensonge. Car en réalité, le serpent n’a pas menti. Il a juste dévié la vérité : Elohim a-t-il réellement dit: Vous ne mangerez pas de tous les arbres du jardin? Alors qu’il savait très précisément qu’il ne s’agissait que des fruits de deux arbres sans plus. Quel devait bien être son but lorsqu’il approche Ève de la sorte ? Rien d’autre que réveiller cet humain naïf et belliqueux qui est en nous tous et qui aime à jouer les avocats de יהוה. Il savait qu’avec ce glissement de la vérité, il allait réveiller cet instinct humain en Ève qui souhaite défendre non seulement sa propre personne, mais les autres et même la parole voire יהוה-même. Je vois dans cette histoire le même parallèle que dans le récit de transport des tables de la loi vers Jérusalem par le roi David, lorsque le chariot ayant penché, Uzzà tendit la main pour agripper l’arche. (2Sam 6:7). Pour qui nous prenons-nous de vouloir protéger Celui qui est infiniment plus puissant que nous ? Nous sommes les seuls à avoir besoin de Sa protection et non le contraire. J’ai moi-même fait l’expérience de nombreuses fois du caractère mortel d’un tel acte. Lorsque je me suis laissé entraîné dans des débats et des discussions stériles. Je me démène afin de protéger la Parole de יהוה et me rend finalement compte que c’est moi qui suis tombé dans le péché et la tentation. La mort surgit sous la forme de la mort de mon temps, ce temps que j’aurais pu consacrer à des choses plus vitales et plus fructueuses. Mais mon énergie a également été anéantie et Satan a gagné une bataille en moi. Ève a commis la même erreur. Elle s’est laissée entraîner dans une discussion vaine et venimeuse au lieu de passer son chemin comme la caravane devant les chiens qui aboient. Elle s’est mise à argumenter, à expliquer la volonté divine pour finir par tomber elle-même dans la tentation, le péché pour finalement aboutir à la mort. Notre temps, notre énergie, nos pensées, notre travail spirituel meurt souvent de la sorte conséquences de fautes similaires. Nous n’avons pas même conscience des fruits ainsi gaspillés, car nous tuons même la possibilité de pouvoir les voir pousser.

Pour éviter de tomber dans ce piège, nous avons également besoin de la lumière divine, la vision spirituelle, le don du discernement. Quand et comment devons-nous répondre à certaines questions ou situations. Quand devons-nous rester en silence et ne pas prêter attention à la provocation et quand devons-nous au contraire aller à l’assaut, car la personne recherche vraiment la connaissance et la proximité du Seigneur.

Pourquoi le juif n’a-t-il pas reconnu le Messie en Jésus Christ ?

La Haftara de la semaine (portion prophétique : Isaïe 42:5–43:10) nous dévoile la raison du refus de Christ par la majorité du peuple juif. Dans cette partie du Livre, le mot Lumière est également cité dès les premières lignes. En effet, Israël fut donné en tant que lumière aux nations. L’appel d’Israël est aussi décrit et illustré comme suit : le devoir du peuple juif est de guérir les aveugles, les sourds et libérer les prisonniers des ténèbres dans lesquelles ils sont enfermés. Nous lisons ensuite qu’en raison de l’insoumission du peuple à remplir cette mission, c’est le peuple élu lui- même qui s’est retrouvé dans un état de cécité, de surdité et de captivité. Le processus décrit est conséquence du péché. Ceci est décrit dans une autre prophétie également, lorsque יהוה demande au prophète de donner des yeux avec lesquels ils ne voient pas, des oreilles avec lesquelles ils n’entendent pas afin qu’il ne puisse les guérir. Cette prophétie annonce la mise sous voile du peuple juif. La désobéissance du peuple élu a voilé les yeux du peuple juif les empêchant ainsi de reconnaître le Messie attendu en la personne de Yéshoua HaMashiach de Nazareth. L’accusation de déicide est fausse à partir d’ici. Ceci ne veut pas dire que le peuple peut se laver les mains et n’a pas de responsabilité, mais le refus de Yéshoua HaMashiah dans un premier temps n’était pas une rébellion directe du peuple contre יהוה, mais bien conséquence de la cécité et de la surdité elles-mêmes conséquences du péché décrit dans la prophétie plus haut. Ces maladies étaient de lourdes conséquences, mais acceptées, et à partir de là, voulues par יהוה. Ceux qui savaient qui était réellement Yeshoua et à qui ils faisaient face, étaient les grand-prêtres de l’époque. Eux par contre, n’avaient aucun intérêt à ce que le peuple découvre la véritable identité de Jésus et ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour rendre encore plus sourds et plus aveugles ce peuple juif déjà gravement malade.

a permis cette cécité et cette surdité afin qu’il remplisse Lui-même la mission que le peuple יהוה juif avait abandonné à savoir divulguer la connaissance de יהוה aux autres nations. Il est venu personnellement sur terre afin de rassembler ses autres fils éparpillés de par le monde, les gentils:

Mais je dis: Israël ne l’a-t-il pas su? Moïse le premier dit: J’exciterai votre jalousie par ce qui n’est point une nation, je provoquerai votre colère par une nation sans intelligence. Et Ésaïe pousse la hardiesse jusqu’à dire: J’ai été trouvé par ceux qui ne me cherchaient pas, Je me suis manifesté à ceux qui ne me demandaient pas. (…) Je dis donc: יהוה a-t-il rejeté son peuple? Loin de là! (…) selon qu’il est écrit: יהוה leur a donné un esprit d’assoupissement, Des yeux pour ne point voir, Et des oreilles pour ne point entendre, Jusqu’à ce jour. (Extraits de l’Epître aux romains 10-11).page3image1609056page3image1627152

zeev shlomo

28.09.2013