Cette loi s’appliquera au meurtrier qui s’enfuira là pour sauver sa vie, lorsqu’il aura involontairement tué son prochain, sans avoir été auparavant son ennemi. Un homme, par exemple, va couper du bois dans la forêt avec un autre homme; la hache en main, il s’élance pour abattre un arbre; le fer échappe du manche, atteint le compagnon de cet homme, et lui donne la mort. Alors il s’enfuira dans l’une de ces villes pour sauver sa vie, de peur que le vengeur du sang, échauffé par la colère et poursuivant le meurtrier, ne finisse par l’atteindre s’il y avait à faire beaucoup de chemin, et ne frappe mortellement celui qui ne mérite pas la mort, puisqu’il n’était point auparavant l’ennemi de son prochain.

Deutéronome 19: 4-6

La différence entre le péché et la transgression est illustrée au travers de ce commandement.

Le monde lui-même est parfaitement conscient que certains crimes méritent d’être jugés en tenant compte de certaines circonstances atténuantes. En effet, l’infraction commise avec ou sans préméditation, de manière délibérée ou sans le vouloir ne peuvent être jugés sur un même pied d’égalité. En cas de faute commise de manière non délibérée, la peine est plus clémente et au lieu d’une peine de prison, on s’en sort généralement avec une amende afin de dédommager la victime.

Si nous sommes déjà en Christ, et avons le Saint Esprit, la signification pour nous est la suivante : Nous pouvons commettre des fautes et nous transgresserons la loi. Le pardon continue à s’appliquer à ce genre de cas dès lors que la chose est encore involontaire. Lorsque nous transgressons une règle que nous ne connaissons pas encore, ou qui n’a pas encore été gravée dans nos cœurs, la grâce de Christ continue à s’opérer dans la vie de ses disciples déjà nés de nouveau.

Il arrive aussi que pour des raisons indépendantes de notre volonté, nous restons encore partiellement sous une domination étrangère et l’esprit ainsi ligoté en nous arrive encore à nous tromper et à nous tenter afin de nous faire trébucher. Ces domaines de notre esprit qui ne sont pas encore entièrement sous la domination de Christ doivent justement être dévoilés par ces transgressions qui sont le signal qu’une passation de pouvoir ici ou là doit s’opérer sous les plus brefs délais afin que notre sanctification se poursuive.

Christ est lui-même notre ville de refuge. Il nous protège des conséquences de toutes les transgressions que nous commettons dans l’ignorance ou dans notre manque de maturité. Nous constatons en effet souvent que nous commettons des erreurs, mais nous n’en subissons pas les conséquences, à part la douleur qui découle de la reconnaissance de ces erreurs.

Cependant, aller à l’encontre de lois que nous connaissons déjà, retournant ainsi de manière consciente dans un état de péché duquel le Sauveur nous a déjà libéré une fois, peut mener à la perte du salut.

Ne nous rebellons donc plus contre l’action du Saint Esprit qui ne fait rien d’autre que raviver les Commandements dans notre cœur afin que ceux-ci ne puissent plus nous juger et nous amener ainsi à la mort.

Cessons de dire, « Dieu est amour », car Il (Elohim) est Amour en effet, mais il est aussi Juste, et Il est par-dessus tout SAINT.

Rappelons-nous bien que cette justice et cette sainteté sont en harmonie parfaite avec l’intégralité de Sa Parole dont font partie les Commandements que Yéchoua, la Parole qui s’est faite chair, a accompli et non aboli sur la Croix.

Souvenons-nous bien également que nulle part dans le nouveau Testament, les apôtres n’ont jamais proclamé l’Évangile en commençant leur discours par « Dieu » est amour, mais bien par « repentez-vous, car le Royaume des Cieux est proche ». Ils commencèrent à chaque fois par le dévoilement des péchés, par la colère divine qui en découle afin de briser le cœurs endurcis des pécheurs pour qu’ils puissent implorer le pardon et recevoir la grâce. Ce n’est qu’arrivé à ce stade bien précis que l’Amour, la Clémence et le Pardon leur a également été divulgué.

Tant qu’on dira aux pécheurs que Jésus nous aime tels que nous sommes et qu’il est avec nous, les pécheurs resteront dans leurs péchés et continueront leur vie en idolâtrant l’image faussée d’un Jésus à visage humain sans jamais reconnaitre le véritable Messie.

Encore une fois, évitons de retirer des versets bibliques hors de leur contexte, mais efforçons-nous d’avoir une vision d’ensemble de la Parole, même si certains passages nous plaisent moins que d’autres. En cas contraire, l’évangile que nous annoncerions serait un faux.

RichardSipos/Z.Shlomo/2022/09/04

Pin It on Pinterest

Share This