Tu ne jetteras aucun regard de pitié: oeil pour oeil, dent pour dent, main pour main, pied pour pied.

Deutéronome 19:21

Voici l’accusation favorite et infâme qui est utilisée contre les Juifs et contre le soit-disant « Dieu cruel » de l’Ancien Testament par beaucoup de gens parmi lesquels nombre de chrétiens.

Il est vrai que Jésus lui-même nous donne une interprétation apparemment très différente dans le Sermon sur la montagne, mais qui reste malgré tout identique à l’original :

Vous avez appris qu’il a été dit: œil pour œil, et dent pour dent. Mais moi, je vous dis de ne pas résister au méchant. Si quelqu’un te frappe sur la joue droite, présente-lui aussi l’autre.

Matthieu 5:38-39

Comme nous l’avons décrit à plusieurs reprises, Yéshoua a repris du peuple le droit de juger et d’exécuter le jugement. Il a ainsi introduit l’ère de la grâce, qui se poursuit jusqu’à ce jour. Désormais, on ne doit plus réagir comme autrefois, mais en tant que disciple de Jésus nous devons prêcher la Grâce même à notre ennemi puisque celle-ci vaut pour tout le monde. Nous devons aimer même notre ennemi et ne devons recourir qu’à l’unique protection de Christ et non vouloir nous défendre nous-mêmes.

C’est lorsque nous remettons le jugement et la vengeance entre les mains de Christ que cette loi entre de nouveau en vigueur selon son interprétation originale. Lorsque le délai de grâce de quelqu’un expire, ou lorsque quelqu’un met les siens en danger, Jésus souvent les libère en frappant l’ennemi, comme il l’a fait à de maintes reprises avec David, comme décrit dans les Psaumes.

Tout cela se réalisera de manière définitive lorsqu’Il reviendra juger les vivants et les morts.

Oui, il exigera une compensation de la part des coupables pour chaque œil, chaque âme, chaque jambe et chaque autre chose, et il dédommagera les victimes au centuple.

C’est également pour l’accomplissement et l’exécution définitive de ce Commandement que crient les martyrs de Yéshoua vêtus de tuniques couvertes de sang dans le livre de l’Apocalypse. (Apocalypse 6)

Voici donc une fois de plus un commandement toujours aussi valable aujourd’hui qu’autrefois. Mais ici encore, le jugement est entre les mains de Christ et nous pouvons lui demander de l’appliquer.

D’ici-là, notre devoir est de souffrir la persécution pour Son Nom, sans aucune résistance ni autre protection humaine. Si on nous gifle, montrons-leur que nous sommes prêts à aller jusqu’à la mort pour Lui. Alors, ils peuvent continuer à nous battre, nous injurier, nous calomnier, car quelqu’un de beaucoup plus puissant que nous tirera vengeance d’eux pour les souffrances qu’ils nous auront fait subir.

Nous n’avons pas à nous défendre, car en nous maltraitant c’est Christ qu’ils maltraitent.

Si tu ripostes ou les maudis en retour, c’est le nom de Christ que tu piétines devant leurs yeux.

Si nous sommes attaqués pour Christ, Christ doit être vu en nous. Cela est possible en souffrant ce qu’il a également souffert devant les scribes et les pharisiens et ensuite sur la croix, comme un agneau conduit à l’abattoir.

Nos ennemis quant à eux auront le choix : laisser Christ exécuter le jugement qu’implique ce commandement durant le temps de la grâce afin de recevoir le pardon et la Vie Éternelle par l’exécution en eux de leur ancien homme ? Ou bien persisteront-ils dans la rébellion jusqu’à ce que Christ revienne et que le jugement les rattrape également au niveau physique provoquant ainsi la seconde mort, celle qui sera définitive ?

Voir aussi: Accusation sans preuves, La peine de mort (le commencement de la vie)

RichardSipos/Z.Shlomo/2022/09/04

Pin It on Pinterest

Share This