Introduction

Nous ne sommes pas sous la loi. Bien sûr que non! Parce que si nous sommes en Celui qui est au-dessus de la loi (Yahushuah), alors nous sommes au-dessus de la Loi avec Lui. Cependant, la loi sert de pilier sous nos pieds, comme l’un des piliers de soutien du Temple que nous sommes et non pour la piétiner, comme le font encore la plupart des chrétiens.

Dans Actes des Apôtres 21:18-26, nous lisons très clairement que sur les conseils de ses compagnons apôtres, Paul s’est soumis à porter le témoignage devant tout le monde du fait qu’il vivait et se conformait lui-aussi aux lois mosaïques. Lorsque Jacob et les anciens lui demandèrent de se raser la tête avec les 4 autres hommes en signe de témoignage de leur respect aux Commandements, Paul ne leur résista pas et accompli cela en silence.

Concernant les « contradictions » de l’apôtre Paul

Dans l’article suivant, je voudrais traiter des écrits de l’apôtre Paul (Rav Saul) concernant la loi et ce, d’un point de vue juif. Nous allons avoir un aperçu du rôle de la loi dans les temps de la Grâce, depuis le sacrifice de Yahushua HaMashiah, concernant les juifs et les non-juifs, au travers surtout, de l’épître aux Romains, mais aussi de quelques autres passages du Nouveau Testament. Il est important de ramener la question à la pensée originale, puisque cet épître est adressée à une communauté composé de juifs et de non-juifs tous hellénisée et vivant à Rome. Il s’agit d’une lettre écrite de la plume d’un homme juif qui croyait en Yahushua, mais qui n’a jamais nié son identité juive qu’il a gardé jusqu’à la fin de sa vie. Tout ce que Paul a écrit a toujours été sous l’inspiration de l’Esprit d’Elohim.

Il est important de préciser que pour les Juifs vivant à Rome à l’époque, la loi différait des lois initialement divulguées par Moïse et ce, pour deux raisons:

D’une part, les Commandements originaux n’étaient pas encore complètement séparés et purifiés des lois pharisaïques humaines ajoutées, et d’autre part, les lois originales de la Torah étaient également interprétées et accomplies selon l’esprit pharisaïque, c’est à dire sur la plan intellectuel plutôt que venant du cœur.

Dans l’épître aux Romains, Paul ne va absolument pas contre les Commandements d’Elohim, mais :

il s’oppose aux lois pharisiennes que les Juifs ont ajoutés aux Lois originales d’Elohim

EN OUTRE

il œuvre à la restauration des Commandements d’Elhohim que l’esprit romain de l’hellénisme avait déjà commencé à tordre et à mélanger au paganisme.

L’observation de ces lois supplémentaires selon la lettre a conduit au pharisaïsme, contre lequel Yahushua a combattu. Ce pharisaïsme attribue un effet d’auto-salvation à l’observance de la loi en elle-même, reléguant ainsi au second plan la relation personnelle avec Elohim, celle qui découle de la foi et de l’amour qui vient de l’intérieur. Être pharisien ne veut pas dire être fidèle à l’ensemble des commandements, mais bien le fait de placer l’observance de ceux-ci avant l’écoute directe de la voix de Yahuwah qui nous est adressée à titre personnel et venant de l’intérieur. Quelqu’un est pharisien parce qu’il n’observe pas la loi par la foi, pour honorer Elohim qu’il aime, mais parce qu’il attend de lui des récompenses en une sorte de relation d’affaire, mais au niveau spirituel.

Paul a combattu ces lois supplémentaires, qui ne viennent pas de la foi, qui ne sont pas observées parce qu’on le fait avec joie, et non par contrainte, parce qu’on aime Elohim. Faisant l’expérience d’une relation rétablie avec Yahuwah, l’homme se sent plus libre que jamais, car la Loi est là pour protéger sa vie et remettre sa relation en ordre avec Elohim et avec son prochain. Paul lutte contre l’esprit du respect de la Loi par la contrainte, par la peur d’un dieu réprimandeur afin de restaurer la Loi vivante qui découle de notre foi et amour interne pour Elohim.

De plus, Paul s’est battu pour que la loi ne passe pas en premier. À partir du Sacrifice sur la croix, l’ordre a changé. La loi n’est plus notre pédagogue jusqu’au Messie, mais remplis de l’Esprit du Messie, une nouvelle Vie commence pour nous, où c’est Ruach HaKodesh lui-même qui met cette Loi en application, c’est-à-dire qu’Il nous enseigne la loi qui s’est faite chair en Yahushua.

Ainsi l’ordre bascule et ce n’est dorénavant plus la Loi qui nous enseigne le Messie, mais bien le Messie qui nous enseigne la Loi après avoir obtenu la Grace et le bâptème d’eau et de feu.

Paul lutte également contre le fait que les frères aînés enseignent les doctrines de ceux qui sont déjà spirituellement mûrs aux nouveau-nés et de manière générale, aux frères et aux sœurs plus jeunes qu’eux. Celui qui vient de sortir de l’eau et de naitre de nouveau n’a pas ENCORE besoin de Moïse ! Les 7 lois de Noé, les règles de base rudimentaires et universelles d’après le Déluge, leur suffisent amplement. Moïse est déjà un aliment plus lourd et l’enfant quant-à-lui a encore besoin de lait. Avec cela, Paul n’a pas annulé ou détruit Moïse, ou plutôt les Commandements reçus par son intermédiaire, mais l’a mis à sa place. Bien que cela ne soit pas exprimé, il est tout de même clair qu’il considère que les commandements de Moïse sont naturellement toujours valables, mais que chacun doit s’occuper des choses qui sont de leur niveau par rapport à leur âge spirituel.

Paul a œuvré à la restauration de ces distorsions, car le travail apostolique est avant tout un travail de Réforme.

C’est ainsi que l’essence de Yahushua HaMashiah peut être comprise. Que signifie le fait qu’Il accomplit la Loi. Quand je me place sous la domination du Messie et que je renais en Yahushua par immersion dans l’eau puis par le bâptème du feu, alors je ne vis plus, mais c’est Lui qui vit en moi. A ce moment, Il ne me dispense pas de la Loi, mais bien au contraire Il l’applique et la met en vigueur. Je garde la loi parce qu’elle n’est plus écrite sur des tablettes de pierre, mais elle est gravée sur la chair de mon cœur par le baptême du feu.

Je leur donnerai un même cœur, Et je mettrai en vous un esprit nouveau; J’ôterai de leur corps le cœur de pierre, Et je leur donnerai un cœur de chair, Afin qu’ils suivent mes ordonnances, Et qu’ils observent et pratiquent mes lois; Et ils seront mon peuple, et je serai leur Elohim. Ezéchiel 11:19-20

C’est exactement cette prophétie qui s’est accomplie à Shavuot, à la Pentecôte. Lorsque les deux tables de pierre se sont transformés en deux langues de feux qui sont venues se graver dans le cœur des disciples suite à quoi, ils ont commencé à parler en langues.

N’oublions pas que la communauté juive, jusqu’à ce jour, célèbre le don des 10 Commandements en ce jour précis de Shavuot/Pentecôte. C’est l’une des rares coutumes judaïques qui possède un pouvoir profondément prophétique, et d’après la description de l’histoire telle que nous la lisons dans la Torah, il est clair que cet événement s’est réellement produit aux alentours de cette date.

Regardons à présent les versets concernant les lois dans l’épître aux Romains :

1. Quel est donc l’avantage des Juifs, ou quelle est l’utilité de la circoncision? Il est grand de toute manière, et tout d’abord en ce que les oracles d‘Elohim leur ont été confiés. Romains 3:1-2

De cette partie, le mot Oracle est tout de suite mis en évidence comme la Parole d’Elohim qui fut confiée au peuple israélite. Quand on parle des 10 commandements, il s’agit des 10 lois fondamentales qui ont 613 et même d’avantage d’extensions et qui peuvent toutes se résumer dans les 2 grandes Commandements de l’Amour. (Les Mitzvot sont en réalité au nombre de 650 à 700, les rabbins n’ayant pas répertorié leur totalité). La Parole est l’un des synonymes de la loi, mais dans son ensemble, elle couvre l’intégralité de l’Ancien Testament, incluant toutes les Prophéties, et dont une partie très importante et significative sont les Commandements. C’est aussi de cette manière que Jean commence l’histoire de l’avènement de Yahushua HaMashiah :

Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Elohim, et la Parole était Elohim ... Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. Jean 1:1…14

Jean commence immédiatement par décrire l’essence-même de Yahushua. Il était lui-même la Parole, en d’autres termes, il était la Loi. Qu’est-ce que la Parole aurait-elle bien pu signifier d’autre que la parole d’Elohim, celle dont Il fit don à son peuple sur le mont Sinaï ? Quelle était cette parole déclarée, sinon la loi et les prophètes ? Les prophètes qui ont justement à chaque fois été envoyés pour prononcer des jugements à cause de la transgression de la Loi et dont le travail principal était aussi de restaurer les Commandements en annonçant la colère qui venait sur le Peuple en raison de leur transgression.

2. Car nul ne sera justifié devant lui par les œuvres de la loi, puisque c’est par la loi que vient la connaissance du péché. Romains 3:20

Comment reconnaître ce qu’est le péché si ce n’est par la loi ? Et comment la grâce fonctionne-t-elle, si nous sommes incapables de reconnaitre le péché ? Comment peut-on savoir qu’on a besoin de la Grâce, si nous ne reconnaissons pas l’état de péché dans lequel nous sommes nés ? C’est la Loi qui nous l’enseigne, afin que nous puissions reconnaitre notre besoin du Messie ! La Grâce est-elle donc possible sans la Loi ? Aucunement, car si j’annule la loi, je rends la Grâce inutile également !

Ici aussi, la parole de Paul s’adresse principalement aux Juifs qui attendaient leur justification par le simple respect de la loi, et non aux personnes d’autres nations qui ne se souciaient pas de la loi, car ne la connaissant pas encore. La Loi doit être promulguée aux gens des autres nations en temps opportun, afin qu’ils comprennent ce qu’est l’œuvre de rédemption. Les Juifs de leur côté doivent être libérés des lois supplémentaires et des lois originales qui ont été déformées par l’assimilation.

3. En effet, ce n’est pas par la loi que l’héritage du monde a été promis à Abraham ou à sa postérité, c’est par la justice de la foi. Car, si les héritiers le sont par la loi, la foi est vaine, et la promesse est anéantie, parce que la loi produit la colère, et que là où il n’y a point de loi il n’y a point non plus de transgression. C’est pourquoi les héritiers le sont par la foi, pour que ce soit par grâce, afin que la promesse soit assurée à toute la postérité, non seulement à celle qui est sous la loi, mais aussi à celle qui a la foi d’Abraham, notre père à tous, selon qu’il est écrit: Je t’ai établi père d’un grand nombre de nations. Il est notre père devant celui auquel il a cru, Elohim, qui donne la vie aux morts, et qui appelle les choses qui ne sont point comme si elles étaient. Espérant contre toute espérance, il crut, en sorte qu’il devint père d’un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit: Telle sera ta postérité. Romains 4:13-18

Là où il n’y a pas de loi, l’anarchie règne. Est-ce pour cela que beaucoup de gens rejettent la loi afin de se laver les mains comme Pilate et dire qu’on a rien à voir avec elles ? Est-ce pour cela que Paul a fait ces déclarations ? Je ne le pense pas. Ici aussi, l’accent est mis sur la nécessité de connaître la loi, car de là découle la reconnaissance du péché, qui implique la nécessité et l’acceptation de l’œuvre rédemptrice du Messie. Sans loi, il n’y a pas de jugement, sans jugement, il n’y aurait pas besoin de miséricorde ! Sans la loi l’exécution de mon ancien homme ne pourrait se réaliser et je ne deviendrait jamais pleinement une nouvelle création. (voir: Peine de mort (le commencement de la VIE).

Ceux qui sont les descendants d’Abraham par descendance et en Esprit – en tant que Corps du Messie, doivent témoigner d’un même niveau d’obéissance et de foi. Abraham était obéissant, donc il est juste. Pourquoi était-il juste ? Parce qu’il a observé les lois qu’il connaissait à son époque. Pourquoi les a-t-il observées ? Non par contrainte, dans l’attente de bien en retour, mais par gratitude, avec joie, parce qu’il aimait Elohim de tout son cœur. Le Messie vivait déjà en lui dans une très grande mesure, avant même sa venue dans le monde visible. Une grande partie de la loi était déjà vivante en lui, alors que Yahuwah ne les avait pas encore révélées à Moïse.

4. Ignorez-vous, frères, -car je parle à des gens qui connaissent la loi, -que la loi exerce son pouvoir sur l’homme aussi longtemps qu’il vit? Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu’il est vivant; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari. Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d’un autre homme, elle sera appelée adultère; mais si le mari meurt, elle est affranchie de la loi, de sorte qu’elle n’est point adultère en devenant la femme d’un autre. De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps du Messie, mis à mort en ce qui concerne la loi, pour que vous apparteniez à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, afin que nous portions des fruits pour Elohim. Car, lorsque nous étions dans la chair, les passions des péchés provoquées par la loi agissaient dans nos membres, de sorte que nous portions des fruits pour la mort. Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli. Que dirons-nous donc? La loi est-elle péché? Loin de là! Mais je n’ai connu le péché que par la loi. Car je n’aurais pas connu la convoitise, si la loi n’eût dit: Tu ne convoiteras point. Et le péché, saisissant l’occasion, produisit en moi par le commandement toutes sortes de convoitises; car sans loi le péché est mort. Pour moi, étant autrefois sans loi, je vivais; mais quand le commandement vint, le péché reprit vie, et moi je mourus. Ainsi, le commandement qui conduit à la vie se trouva pour moi conduire à la mort. Car le péché saisissant l’occasion, me séduisit par le commandement, et par lui me fit mourir. La loi donc est sainte, et le commandement est saint, juste et bon. Ce qui est bon a-t-il donc été pour moi une cause de mort? Loin de là! Mais c’est le péché, afin qu’il se manifestât comme péché en me donnant la mort par ce qui est bon, et que, par le commandement, il devînt condamnable au plus haut point. Romains 7:1-13

Dans ce passage, il apparait clairement que la Loi doit être connue, gardée et respectée. Cependant, à partir de Christ, ce n’est pas nous, mais l’Esprit du Messie vivant en nous qui gère son fonctionnement. Car Celui qui n’a point connu le péché, il l’a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice d‘Elohim. 2 Corinthiens 5:21

Encore une fois, nous pouvons lire de la plume de Paul que pour exposer le péché, la Loi qui s’est faite chair, Yahushua est devenu péché, afin que la Grâce puisse prendre effet. Cela signifie-t-il qu’Elohim a déclaré Son fils coupable ? Certainement pas, mais sa grande grâce se manifeste en ceci : qu’il a placé les conséquences du jugement qu’implique la Loi sur le seul qui a toujours été innocent.

Loi-péché, jugement-grâce, sont des concepts qui sont indissociables depuis la chute d’Adam et Eve.

5. Nous savons, en effet, que la loi est spirituelle; mais moi, je suis charnel, vendu au péché. Car je ne sais pas ce que je fais: je ne fais point ce que je veux, et je fais ce que je hais. Or, si je fais ce que je ne veux pas, je reconnais par là que la loi est bonne. Et maintenant ce n’est plus moi qui le fais, mais c’est le péché qui habite en moi. Ce qui est bon, je le sais, n’habite pas en moi, c’est-à-dire dans ma chair: j’ai la volonté, mais non le pouvoir de faire le bien. Car je ne fais pas le bien que je veux, et je fais le mal que je ne veux pas. Et si je fais ce que je ne veux pas, ce n’est plus moi qui le fais, c’est le péché qui habite en moi. Je trouve donc en moi cette loi: quand je veux faire le bien, le mal est attaché à moi. Car je prends plaisir à la loi de Elohim, selon l’homme intérieur; mais je vois dans mes membres une autre loi, qui lutte contre la loi de mon entendement, et qui me rend captif de la loi du péché, qui est dans mes membres. Misérable que je suis! Qui me délivrera du corps de cette mort?… Grâces soient rendues à Elohim par Yahushua HaMashiah notre Seigneur!… Ainsi donc, moi-même, je suis par l’entendement esclave de la loi de Elohim, et je suis par la chair esclave de la loi du péché. Romains 7:14-25

Paul oppose ici deux sortes de lois. Les lois d’Elohim, et l’anti-loi (les lois de l’antéchrist), qui provient de nos désirs charnels. De plus, ici Paul ne parle pas de son état d’esprit personnel réel, mais il parle en tant qu’être humain universel pour faire comprendre aux gens qui ne sont pas encore nés de nouveau ou qui sont encore faibles dans leur foi, ce qu’est le processus du péché dans le monde. La Loi, le Messie et Ruach HaKodesh vivait et régnait en Paul. Il était libre du péché et n’a pas dû lutté contre quoi que ce soit comme grave péché à partir du moment où il est né de nouveau.

6. Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont en Yahushua HaMashiah. En effet, la loi de l’esprit de vie en Yahushua HaMashiah m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, Elohim a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit. Ceux, en effet, qui vivent selon la chair, s’affectionnent aux choses de la chair, tandis que ceux qui vivent selon l’esprit s’affectionnent aux choses de l’esprit. Et l’affection de la chair, c’est la mort, tandis que l’affection de l’esprit, c’est la vie et la paix; car l’affection de la chair est inimitié contre Elohim, parce qu’elle ne se soumet pas à la loi de Elohim, et qu’elle ne le peut même pas. Or ceux qui vivent selon la chair ne sauraient plaire à Elohim. Romains 8:1-8

Seule la loi d’Elohim peut nous protéger contre la loi du péché. Mais à cause de la chair, l’Homme est incapable de les garder à lui seul. C’est pourquoi il est nécessaire qu’elles soient gravées non plus sur des tables de pierre, mais sur les tables de chair, immédiatement dans le cœur des Hommes, afin qu’elles puissent agir instinctivement selon la loi. C’est ce que signifie naître de nouveau dans le Messie. Même si je commets un péché, je le reconnais immédiatement sans que personne ne me prévienne ou ne cherche le verset précis dans les Écritures, car le Saint-Esprit qui vit en moi me l’indique immédiatement, me retient et me juge afin que je réalise que j’ai quelque chose à régler. C’est ainsi que fonctionne la Sanctification. Sans connexion intérieure au Messie et sans naissance à nouveau, la Loi en elle-même conduit au pharisaïsme et reste vaine. Cependant, lorsque je me retrouve sous le règne du Messie, la Loi prend vie en moi et je commence à l’appliquer de manière instinctive et sans aucune difficulté ou sentiment de contrainte. Mon ancien homme n’est plus là pour essayer de m’en empêcher, pour me faire aimer le péché plutôt que la sainteté. C’est de cela que parlent les versets suivant :

7. Or, la loi est intervenue pour que l’offense abondât, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé, afin que, comme le péché a régné par la mort, ainsi la grâce régnât par la justice pour la vie éternelle, par Yahushua HaMashiah notre Seigneur. Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde? Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché? Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Yahushua HaMashiah, c’est en sa mort que nous avons été baptisés? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme le Messie est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. Romains 5:20-6:4

Il est difficile de comprendre par la pensée humaine ce qui s’est passé au travers du sacrifice du Messie. En s’adressant à la communauté juive de l’époque, Paul a souvent utilisé les formules suivantes : « Que dirons-nous alors… » puis il poursuit : « …loin de là…« . A partir du moment de l’ascension du Messie sur le trône, des ordres entrent en vigueur qui sont facilement mal interprétés même par les Juifs. Anéantissons-nous donc la loi par la foi? Loin de là! Au contraire, nous confirmons la loi. Romains 5:20, etc. Cette tournure souvent répétée permet aussi de conclure qu’il y a certes un changement, mais qu’il n’y a malgré tout pas de changement essentiel, mais plutôt que quelque chose d’ancien et d’imparfait s’est parfait par l’accomplissant de ce dernier. La loi ne sauve pas, mais la loi qui s’est faite chair sauve bel et bien quant à elle. Il est difficile, même pour une personne initiée, de comprendre les pensées et les œuvres les plus élevées d’Elohim, et l’ennemi profite un maximum de cette incompréhension humaine pour engendrer en nous des pensées du type: « À quoi sert la Loi, regardes, même Paul parle contre elle »… De nouveau, Satan sort des passages bibliques hors de leur contexte, afin de déformer la vérité sur la base de vérités partielles.

D’autre part, il annule de manière très sournoise l’ordre des lois concernant la pureté et les sacrifices du Temple expliquant que même les juifs d’aujourd’hui ne les respectent plus, alors qu’est-ce qu’on attend de nous les chrétiens ?

8. Que personne ne vous séduise d’aucune manière; car il faut que l’apostasie – celui qui piétine la Loi – soit arrivée auparavant, et qu’on ait vu paraître l’homme du péché, le fils de la perdition. 2Thessaloniciens 2:3

Chaque loi, en plus de son contenu physique, a aussi un contenu spirituel. Les lois concernant les sacrifices sont tout aussi valables que les autres. Cependant l’Agneau d’Elohim, après avoir versé son Sang une fois pour toutes, nos sacrifices sont reportés à un autre niveau et les animaux sont remplacés par d’autres biens qui nous appartiennent. Tels sont le dévouement de nos propres vies, nos familles, notre travail, tout ce qui nous appartient. Ce ne sont donc plus les chèvre, les agneaux ou les autres animaux que nous sacrifions, parce que ce type de sacrifice physique a été fait une fois pour toutes par Yahushua. Mais selon le modèle de ce sacrifice unique, quel genre de sacrifices sommes-nous capables de faire en esprit pour que nos vies visibles soient en harmonie avec le Messie qui vit en nous ?

Les juifs d’aujourd’hui ne sacrifient plus eux non plus ! Pourquoi ? Parce que le Temple de Jérusalem est détruit. Il n’y a pas de sacrifice jusqu’à ce que le troisième soit construit. Mais ce troisième temple existe depuis longtemps, et ce n’est autre que le Corps du Messie, qui a été construit en trois jours. Ce Temple n’est plus fait de pierre, ni d’aucune matière physique visible, mais d’Esprit. Par conséquent, le sacrifice doit également avoir lieu au niveau de l’Esprit. Et ce sont ces lois écrites depuis longtemps dans la Torah qui fournissent la réponse à la façon dont cela fonctionne. Il n’y a qu’un seul Souverain Sacrificateur, Yahushua, non selon l’ordre d’Aaron, mais selon celui de Melkishédec, et nous tous qui sommes nés de nouveau en Lui, sommes les Lévites. Ainsi toutes les lois concernant les Cohens et les Lévites sont valables concernant Yahushua et nous, ses disciples.

La loi « ne touchez pas les morts », par exemple, ne signifie pas que je ne peux même pas enterrer mes parents s’ils meurent, parce que je ne peux pas toucher les morts, mais cela signifie que je dois me tenir à l’écart de ces esprits et des gens qui les portent en eux. Ne soyons pas en communion avec eux, de peur qu’ils ne nous contaminent. Mais soyons proche d’eux afin de pouvoir leur prêcher Celui qui peut leur apporter la Vie. Ne nous mettons pas à table avec les démons, mais chassons-les de ceux qu’ils habitent. Éloignons-nous également des actions mortes qui ne nous font pas aller de l’avant.

Une autre question est de savoir quelles lois s’appliquent uniquement au peuple juif et lesquelles s’appliquent à tous les peuples. Ici, je veux uniquement traiter de la validité de toute la Loi, basée sur la Parole, même suite au Sacrifice de l’Agneau et précisément lorsque nous naissons de nouveau dans le Messie. Le reste pourrait éventuellement faire l’objet d’un autre enseignement.

9. La circoncision est utile, si tu mets en pratique la loi; mais si tu transgresses la loi, ta circoncision devient incirconcision. Si donc l’incirconcis observe les ordonnances de la loi, son incirconcision ne sera-t-elle pas tenue pour circoncision? L’incirconcis de nature, qui accomplit la loi, ne te condamnera-t-il pas, toi qui la transgresses, tout en ayant la lettre de la loi et la circoncision? Le Juif, ce n’est pas celui qui en a les dehors; et la circoncision, ce n’est pas celle qui est visible dans la chair. Mais le Juif, c’est celui qui l’est intérieurement; et la circoncision, c’est celle du cœur, selon l’esprit et non selon la lettre. La louange de ce Juif ne vient pas des hommes, mais d’Elohim. Romains 2:25-29

Un thème récurrent, qui est juif ? Existe-t-il un Israël spirituel, et à quoi bon garder notre identité juive, si nous croyons et sommes déjà dans le Messie ? Il n’y a pas de différence entre Grec et Juif ? Bref, ne confondons pas la norme utilisée dans le jugement de chacun, indépendamment de ses origines et de son sexe, avec la tâche et l’appel terrestres qu’Elohim a donnés aux différents peuples et aux différents genres, et qui naturellement différent bel et bien les uns des autres. Un païen devenu membre du Peuple d’Elohim, qui renaît dans le Messie, peut en effet être un grand jugement pour le Juif qui s’est éloigné d’Elohim par le témoignage de sa vie, quant à la manière dont la relation avec Yahuwah doit être vécue.

Un tel non juif né de nouveau sera ainsi considéré comme plus circoncis qu’un Juif rebelle qui n’est circoncis que sous son caleçon.

Cette forme de circoncision uniquement physique est vaine en soi. Mais cela n’implique pas qu’un non-juif devienne soudainement un Juif réel et authentique ni dans le cœur ni dans l’Esprit.

Et que personne n’ose aller priver les israélites des promesses, des rôles, des tâches et de l’identité qu’Elohim nous a donné depuis bien longtemps, afin que nous puissions l’accomplir dans le monde visible. Car certaines tâches nous incombent à nous et à personne d’autre et nous seuls sommes capables de les remplir.

10. Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme; car tous vous êtes un en Yahushua HaMashiah-ban. Galates 3:28

Dans un monde libéralo-gauchiste et aveuglément humaniste comme celui dans lequel nous vivons actuellement et où les gens qui osent affirmer qu’il y a une différence ne serait-ce que minime entre un homme et une femme sont déjà pratiquement jetés en prison, il est en effet très difficile pour les chrétiens, qui se calquent de plus en plus sur le monde, de comprendre qu’il y a bien une différence non seulement entre les hommes et les femmes, mais aussi entre les Juifs et les Grecs. Elohim nous aime de la même manière et plus aucune différence dans l’amour et dans le jugement qu’Il nous porte ne sera faite un fois que nous sommes dans le Messie. Cependant, nos appels restent différents voir distincts les uns des autres. Nous devons cependant oeuvrer ensemble, tout comme un couple marié : exactement comme un homme et une femme devraient le faire ensemble. Nos appels se complètent et se renforcent mutuellement.

Et si quelqu’un interprète toujours de travers cette phrase de Paul, j’invite une telle personne, s’il est un homme, de se procurer des vêtements de femme et une perruque, de les mettre, de s’appliquez du rouge à lèvres, puis d’aller dimanche prochain à l’église pour assister au culte vêtu de cette manière. Surtout s’il s’agit du pasteur ou autre ministre. Dans ce cas qu’il essaye aussi d’imiter la voix d’une femme et de prêcher à ses disciples de la sorte. Ensuite, lorsqu’il rentrera chez lui après que ses frères l’aient regardé d’un air consterné, voir l’aient jeté hors de l’église, qu’il vienne écrire ses impressions et son expérience dans la section Commentaires en bas de cette page. Et après cela, qu’il aille surtout réfléchir au moment et à la manière dont il ira encore reprendre et enseigner quoi que ce soit qui provienne de la plume de l’apôtre Paul.

Je recommande ceci particulièrement à tous ces gens qui par haine, voir par amour du juif, s’identifient tellement à nous qu’ils finissent par se déclarer juifs d’esprit, de cœur ou de quoi que ce soit d’autre. L’apôtre Pierre met en garde contre l’utilisation arbitraire des propos difficiles à comprendre de son compagnon, car cela peut avoir de graves conséquences. Il vaut mieux vivre une telle expérience humiliante de travesti au milieu de l’assemblée que d’avoir un jour à rendre des comptes devant Yahuwah pour toutes les sottises qu’on a pu dire en se référent à Paul.

Le peuple juif n’est pas rejeté. Il continue à servir d’exemple aux autres peuples, même s’il n’est pas encore dans le Messie.

Avant qu’une prophétie n’arrive à quiconque, elle sera d’abord accomplie dans le monde visible sur le peuple Juif, comme une sorte de prototype, comme test principal, comme un mannequin dans une vitrine. (La Shoa en est un exemple). C’est ce que signifie être un peuple élu ou prophétique, choisi et mis à part par Elohim pour l’éternité, pour une tâche différente et spéciale par rapport aux autres peuples, et ceci vaut aussi pour l’âge messianique, même lorsque la grande partie du peuple persiste à ne pas reconnaître le Messie en Yahushua.

La loi de la circoncision ne s’applique également qu’aux Juifs, y compris ceux qui sont dans le Messie, puisqu’il faut continuer à porter le signe physique et visible de l’Alliance ancienne tout en ayant la circoncision du cœur en plus comme signe de la Grâce, de la même Alliance, mais ravivée.

Cependant, notre circoncision dans le Messie ne peut être que comme celle de Théophile, afin que nous puissions servir notre peuple. Le signe de l’Alliance parfaite et finale est le baptême d’Eau et de Feu. Notre circoncision physique ne sert surtout qu’à ouvrir les portes vers les membres traditionnels de notre peuple, afin que nous puissions leur apporter l’Évangile.

Cette tâche n’incombe qu’à nous et elle est éternelle. Mais si nous devenons infidèles à Elohim, alors un non-juif circoncis de cœur peut humilier un circoncis de chair en se montrant plus vrai que lui. Au décompte final, lors de notre jugement, cependant, nous ne jouirons d’aucun avantage en raison de notre judéité. Au contraire, nous serons dans une situation bien plus délicate ayant toujours été les ainés des autres. En fait, plus il nous a été confié, plus il nous en sera demandé des comptes. C’est pourquoi personne ne devrait être jaloux de nous ! En esprit, on peut être un descendant d’Abraham par la foi, devenir peuple d’Elohim par alliance avec le Messie, mais il n’existe aucun Israël spirituel. Quiconque fait ce genre de déclaration, même s’il le fait par amour et de bonne foi, ne fait rien d’autre que perpétuer la théologie de remplacement dans une version plus moderne et plus sournoise que l’ancienne, car cette fois se basant sur l’amour des juifs, soit-disant.

Israël et Juda, les fils d’Elohim, sont l’aîné et ne sont pas à confondre avec le frère cadet Éphraïm.

Aussi incroyable que cela puisse paraitre, dans les prophéties, lorsqu’il est fait mention de Judah, cela implique qu’il s’agit de Judah et lorsqu’on nous parle d’Israël, et bien il s’agit tout simplement d’Israël, c’est à dire des membres des 10 tribus perdues dont le regroupement est toujours en cours. Dans les prophéties, les autres nations sont désignées par le nom : Ephraïm. Ne mélangeons pas les trois et ne les confondons pas.

Pour en savoir plus sur la nature de l’élection du peuple israélite voyez l’article et la vidéo portant le titre de : Peuple Élu?

11. Il en est ainsi de la foi: si elle n’a pas les œuvres, elle est morte en elle-même. Mais quelqu’un dira: Toi, tu as la foi; et moi, j’ai les œuvres. Montre-moi ta foi sans les œuvres, et moi, je te montrerai la foi par mes œuvres. Tu crois qu’il y a un seul Elohim, tu fais bien; les démons le croient aussi, et ils tremblent. Veux-tu savoir, ô homme vain, que la foi sans les œuvres est inutile. Abraham, notre père, ne fut-il pas justifié par les œuvres, lorsqu’il offrit son fils Isaac sur l’autel? Tu vois que la foi agissait avec ses œuvres, et que par les œuvres la foi fut rendue parfaite. Ainsi s’accomplit ce que dit l’Écriture: Abraham crut à Elohim, et cela lui fut imputé à justice; et il fut appelé ami d‘Elohim. Vous voyez que l’homme est justifié par les œuvres, et non par la foi seulement. Rahab la prostituée ne fut-elle pas également justifiée par les œuvres, lorsqu’elle reçut les messagers et qu’elle les fit partir par un autre chemin? Comme le corps sans âme est mort, de même la foi sans les œuvres est morte. Jaques 2:17-26

De quelles actions Jacques parle-t-il ici ? D’où peuvent bien provenir les œuvres ? De notre volonté humaine ? De l’humanisme bien intentionné ? De notre envie de plaire ? Quand Abraham crut et agit en conséquence, n’a-t-il pas obéi à la parole d’Elohim, à ses Commandements qu’il avait connu jusque-là ? (Puisqu’Abraham a vécu avant Moïse, il ne pouvait pas connaître toute la Loi révélée, mais il y avait cependant des lois qu’il connaissait même dans son état d’incirconcis des siècles avant Moïse). Les œuvres ne sont rien d’autre que l’observance de la Loi, leur acceptation et leur obéissance. Comment pourrais-je agir si je ne connais pas la loi ? Sans la loi, il n’y a pas de bonnes œuvres.

La foi sans les œuvres est morte. Cela revient à dire que la foi est morte sans la loi, et que la grâce n’a aucun sens sans elle !

Quiconque pense qu’il est possible d’agir bien en dehors de la volonté, de la parole, donc des commandements d’Elohim se trompe gravement !

En conclusion, je voudrais terminer par les mots non pas de Paul, mais de notre Seigneur Yahushua HaMashiah lui-même :

12. Car, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre ne passeront point, il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout soit arrivé. Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux. Matthieu 5:18-20

Comme je l’ai écrit auparavant dans un autre enseignement, Paul a parlé de plusieurs manières, parce qu’il s’adressait à des personnes très différentes en termes d’état et le maturité spirituelle. À l’époque de Yahushua, personne n’était encore né dans l’Esprit, car Ruach HaKodesh n’avais pas encore été envoyé pour remplir les disciples du moins pas de manière aussi répandue.

Et si nous ne comprenons pas Paul, tenons-nous en aux paroles de Yahushua. Basons-nous toujours et principalement sur ce que Yahushua dit, car Paul n’est pas le messie et ce n’est pas à lui que nous devrons rendre des comptes. Cependant, à travers Paul, le Messie nous a parlé d’une manière que beaucoup ne comprennent pas. Soit parce qu’ils ne savent pas ou soit parce qu’ils ne veulent pas comprendre. Soit parce qu’ils ne savent pas grandir en esprit soit parce qu’ils refusent de grandir. Il ne faut surtout pas que Paul devienne une pierre d’achoppement, car beaucoup seront ceux qui trébucheront sur lui pour leur propre ruine comme l’a dit l’apôtre Pierre lorsqu’il parla à propos de son collègue qui est en effet, parfois très difficile à comprendre. (2 Pierre 3:15-16)

Écrits supplémentaires : L’Essence de la Loi, Commandements en Yahushua HaMashiah ?, Paul et la Loi 1

Pin It on Pinterest

Share This