Tu aimeras YHWH, ton Elohim, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. Tu aimeras ton prochain comme toi-même.

Ces deux commandements contiennent tous les autres. Cela signifie que les 10 Commandements, 5+5, sont l’explication et le développement de ces deux Grands Commandements expliquant plus en détails : COMMENT aimer YHWH et son Prochain.

Et tous les autres commandements écrits dans la Torah (Deutéronome) sont le prolongement et les explications plus détaillées des deux et des dix dont elles résultent. Chaque développement nous aide à mieux entrevoir et réagir dans des cas spécifiques.

Si Jésus est le Verbe qui s’est fait chair (Jean 1:14), et si Jésus est l’Amour-même, comment quiconque peut-il dire que la loi n’est plus valable aujourd’hui ?

Paul n’a pas non plus fait de telle déclaration, bien que ses propos puissent souvent sembler contredire cela (nous ne sommes pas sous la loi). Mais dans quel contexte a-t-il énoncé cette phrase et qui est capable de comprendre cela en esprit ?

L’Esprit de Christ observe la Loi. Si celui-ci vit en nous, alors la loi ne peut plus nous juger, et ainsi nous ne sommes vraiment pas sous elle.

Selon quelles autres règles l’Esprit Saint pourrait-il bien nous guider de l’intérieur, sinon exclusivement selon la règle de l’Amour, qui est la somme de tous les autres commandements de la Torah ?

Jésus a retiré des mains des hommes le droit d’exécuter le jugement découlant de la Loi et l’a transféré sous sa propre autorité. Dès lors, même les lois associées à la mort s’appliquent. Mais Jésus est seul en droit de faire mourir quiconque. Et comme le temps de la Grâce est toujours de vigueur, son jugement ne s’applique pour l’instant qu’au niveau de l’esprit, lorsque notre vieil homme est exécuté afin que nous puissions devenir de nouvelles créations.

Voir: La peine de mort (le commencement de la vie)

Pourquoi Paul contredit-il Jésus ? Ne sommes-nous pas sous la loi ? / Il ne disparaîtra pas de la loi un seul iota ou un seul trait ?

Partons d’un principe fondamental que nous devons appliquer en toutes circonstances :

S’il y a une contradiction entre les paroles de Jésus et celles d’un quelconque autre personnage de la Bible, la norme est TOUJOURS ce que dit Jésus.

Si nous ne comprenons pas, n’allons pas nous rattacher à ce qui est le plus sympathique à nos yeux ou à ce que les théologiens nous ont mis dans la tête au cours de siècles. Tant que nous ne sommes pas suffisamment sages et spirituellement mûrs pour comprendre les propos de Paul qui sont en effet souvent très difficiles à comprendre, nous devons nous en tenir très fermement et exclusivement à la parole de Jésus et agir en conséquence, car aucun mal ne peut résulter de cela.

Ensuite, lorsque nous atteignons le niveau de maturation et d’obéissance suffisante, nous réalisons qu’en fin de compte

Paul n’a jamais contredit Jésus

La grande différence entre eux était que contrairement à celui de Jésus, le message de Paul s’adressait principalement à des personnes qui étaient déjà nées de nouveau, et qui avaient des âges et des états spirituels très différents. Jésus était dans une situation « plus simple » pourrais-je dire, puisque tout le monde était au même niveau spirituel et personne n’était encore né de nouveau et n’avait encore reçu l’Esprit Saint.

Par conséquent, les messages de Paul s’adressent différemment aux personnes selon leur niveau de maturité spirituelle et leur ancienneté en tant que disciples . On ne parle pas de la même façon à un enfant de 3 ans et à un enfant de 13 ans, et on n’a pas les mêmes exigences à leur égard. On demande moins aux petits, et plus de règles s’appliquent aux grands.

Paul a écrit ses lettres selon une sorte de méthode pédagogique différenciée, comme lorsqu’un enseignant éduque des élèves d’âges et de niveaux différents dans une même classe et en parallèle. Quiconque est enseignant, et déjà eu l’occasion de travailler ainsi sait de quoi je parle. Tout le monde entend tout ce qui se dit, mais tout ne s’adresse pas à tout le monde du moins pas encore ou dorénavant plus. Par conséquent, il est nécessaire de clarifier ce à quoi l’étudiant doit et ne doit pas/plus ou pas encore prêter attention, afin de ne pas tomber dans la confusion.

En outre, la dénaturation systématique des propos de Paul, comme dans le cas de beaucoup d’autres passages de la Bible, est due au fait que

les croyants ont souvent tendance à retirer l’un ou l’autre verset hors de son contexte afin de lui octroyer une signification qui n’a rien à voir avec son sens original

Jésus a-t-il au moins adouci la Loi ?

La Loi est non seulement valide, mais elle l’est plus que jamais.

Jésus n’a pas aboli la Loi, mais l’a au contraire élevé à un niveau spirituel supérieur

À l’époque de l’Ancien Testament, il suffisait de se retenir de faire des choses interdites, mais à partir de Jésus, la pensée même de transgresser une loi est considérée comme un péché. Il ne suffit pas de ne pas coucher avec quelqu’un, on doit même éviter de se l’imaginer !

Cependant, la grâce consiste justement en ce que nous soyons libérés jusqu’au pensées les plus cachées et profondes qui essayent de nous tenter de l’intérieur. En effet, si l’on nait de nouveau, c’est-à-dire qu’on se repent, puis qu’on reçoit le baptême d’eau et ensuite celui du feu lorsque nous sommes remplis du Saint-Esprit, nous avons la promesse d’être délivrés et purifiés des pensées iniques.

Cependant, il est impossible d’atteindre la repentance sans recevoir le jugement par la loi :

puisque c’est par la loi que vient la connaissance du péché

Romains 3:20

En quoi l’Ancien et le Nouveau Testament différent-ils ?

La différence entre les deux Alliances est le matériau sur lequel les Commandements sont inscrits : la pierre dans le cas de la première / le cœur de chair ou l’Esprit dans la seconde.

La grande différence entre l’Ancienne et la Nouvelle Alliance est que la première était une alliance gravée dans la pierre, donc faible et essentiellement théorique. Alors que la Nouvelle Alliance est l’accomplissement de la première qui n’en fut que l’ombre. La seconde Alliance s’opère et agit par Christ avec force et autorité et n’émane plus de l’être humain, mais du Saint Esprit.

La Nouvelle Alliance, d’autre part, libère l’homme du fardeau que représente l’observance de la Loi, en l’implantant directement dans le cœur pour qu’elle agisse d’elle-même et de manière pratique

La loi n’a donc pas changé d’un iota ! Et si je ne me trompe pas, le ciel et la terre sont toujours là. Matthieu 5:18

Vieux vin dans de vieilles outres et vin nouveau dans des outres neuves : le vin ancien n’était autre que la lettre gravée dans la pierre, celle qui tue. Le vin nouveau quant à lui est celui qui est spirituel et gravé dans le cœur apportant la vie.

Par ailleurs

Christ est plus grand que la loi. Donc, quiconque est en lui est au-dessus de la loi avec lui

et son jugement ne nous atteint pas, nous ne sommes donc plus sous la loi; en effet. Malgré tout et ce jusqu’à ce que le monde ne soit détruit, tout continue de fonctionner selon la Loi.

L’ancienne alliance était à la nouvelle ce qu’Hagar était à Sarah, ce que l’esclave est à la femme libre, ce que le mont Sinaï est à Sion et ce que Moïse est à Christ. De même,

les tablettes de pierre étaient la préfiguration de ces deux langues de feu

qui apparurent au-dessus de la tête des disciples à Shavouot (Pentecôte) afin de pénétrer et de se graver définitivement dans leurs cœurs.

Aussi, il convient de noter que le Nouveau Testament est beaucoup plus caractérisé par la Loi que l’Ancien Testament. Les « rabbins » ont comptabilisé 613 commandements dans la Torah en plus des 10 commandements et des 2 lois de l’amour. En réalité j’estime que la Torah en contient de 650 à 700, car plusieurs lois n’ont pas été prises en compte. Par contre,

dans le Nouveau Testament, nous comptons plus de 1000 commandements

Ces « nouveaux commandements » ne sont rien de plus que la clarification et la répétition des anciens, leur nouvelle formulation, leur perfectionnement et leur mise en pratique ultime au niveau de l’esprit. En fait, nulle d’entre-eux n’est nouveau, mais sont étroitement liés aux anciens et sont scellés par la règle sacerdotale selon l’ordre de Melchisédek, lorsque la lettre prend vie.

Ancien Testament : Esclavage / Nouveau Testament : Liberté

L’esclavage, c’est quand on essaye d’obéir à la loi afin de contenter ou plaire à quelqu’un, en l’occurrence Elohim, mais dans le fond du cœur, on souhaiterait faire quelque chose de complètement différent, voir même tout le contraire. Quelle incroyable fardeau. Quelle vie remplie de remords et de problèmes de conscience. Quelle énorme dépense d’énergie constante afin de pouvoir se retenir d’agir selon ses propres instincts. Voici ce qu’est la vie d’un Sisyphe, d’un esclave dans les galères romaines, ou de nos ancêtres juifs en Egypte, et de tous ceux qui pensent pouvoir respecter la Loi de leurs propres moyens.

Mais quand vient la liberté, ce sont nos cœurs qui sont renouvelés par le Saint Esprit et selon la Loi. Lorsque nous sommes affranchis nous nous conformons aux décrets de YHWH, par le Fils qui vit en vous, de bon cœur et de toute notre âme, sans aspirer à quoi que ce soit d’autre ni sans aucun effort particulier de notre part.

Qu’en est-il des ordonnances régissant le Sanctuaire, le sacerdoce et les sacrifices ?

Ces décrets aussi fonctionnent de la même manière. Sauf qu’aujourd’hui

nous n’avons qu’un seul Souverain Sacrificateur, Jésus, et nous, membres de Son Corps, sommes tous des Lévites assignés au ministère de ce Temple Céleste

Le Sanctuaire terrestre était l’image du Céleste, tel que Moïse l’a reçu. Par conséquent, la loi est la même, seuls son ordre et son mode d’application ont changés. Jésus a repris le droit d’exécuter le jugement des mains des hommes. Il est seul autorisé à appliquer les peines et ce au niveau de l’esprit, tant que le temps de la Grâce est de vigueur. Mais lorsqu’il reviendra pour juger le monde, l’application des peines se fera également de manière physique dans et sur le monde visible. Là, il détruira définitivement et à tous les niveaux les pécheurs qui ne lui auront pas livré à mort leur ancien homme.

Le sacrifice a été fait une fois pour toutes.

Cependant, des sacrifices supplémentaires plus petits sont nécessaires pour que le Corps du Christ fonctionne comme un Sanctuaire, même aujourd’hui.

Le sacrifice, c’est quand je sors pour servir les autres, je sacrifie mon temps et mon énergie. En outre, c’est souvent moi qui sème, mais ce n’est pas moi qui récolte. Cela est aussi sacrifice. Le sacrifice, c’est aussi lorsque j’abandonne des choses, renonçant ainsi au gras des animaux que j’offre en holocauste sur l’autel au lieu de les consommer moi-même. Le sacrifice, c’est aussi le jeûne, lorsque je me retire pour prier, que j’élève mes enfants au nom du Seigneur, que je mets ma propre volonté sur l’autel pour que la Sienne se fasse et lorsque je vais rendre visite aux veuves, aux orphelins, aux malades, aux pauvres, aux prisonniers.

Les anciens décrets n’étaient que l’ombre et les promesses de ces sacrifices spirituels et parfaits venant du cœur.

Car en effet, alors ils étaient gérés et appliqués par des hommes. Aujourd’hui par contre, c’est directement Christ qui les fait fonctionner.

Mais ça marche aussi dans le sens inverse. Car il n’y a pas que des lois d’interdiction, mais aussi des lois de « jouissance ». Le Lévite bénéficie parfois de matières grasses et de bonnes choses, et a le droit de les manger à sa guise. L’ouvrier mérite son salaire et ne devrait jamais avoir honte d’accepter l’aumône sous quelque forme que ce soit et de profiter de ce genre de bénédictions. Il suffit de ne pas tomber dans l’excès et l’amour de l’argent et des biens matériels et surtout de ne rien accepter de la part de gens qui souhaitent visiblement nous acheter.

Le voile : Et pas uniquement sur les yeux des Juifs

Tout comme dans le cas des juifs traditionnels dont les faux Talmud et autres infections babyloniennes les ont empêchés de reconnaitre la Parole qui s’est faite chair et qui est apparue en Jésus, le même voile vient troubler la vue d’une grande partie du christianisme. Il s’agit de ce voile qui les empêche de reconnaître les Commandements en Jésus. Même s’ils l’acceptent en tant que Messie, ils refusent de voir en Lui l’accomplissement de ce que les Juifs ont reçu au travers de Moïse. Dans les deux cas, Satan s’est assuré que le voile soit déposé entre la Loi et Jésus.

Du côté des gardiens de la Loi, on ne reconnait pas celles-ci en Yéshoua. Et du côté des supporters de Jésus, on se refuse à les reconnaitre en Lui.

Alors n’ayons pas peur de la Loi, car elle est notre meilleure amie. Il s’agit d’un outil que notre Seigneur utilise en nous pour que nous ne retombions pas dans le péché après en avoir été libérés. En niant la loi, nous faisons obstacle à l’œuvre du Saint-Esprit, et pouvons aller jusqu’à l’attrister.

Les commandements sont comme des panneaux indicateurs qui nous aident à garder le cap et à rester sur le chemin étroit qui mène au Salut. Les panneaux de signalisation ne sont pas le but ni la destination. Et celui qui les considèrent comme tels, fini par les percuter et éventuellement mourir. Christ est le but et quiconque se dirige vers lui recevra la vie éternelle.

La Loi est notre pédagogue pour que nous puissions connaître Christ de plus en plus et nous rapprocher de lui.

Lorsque nous lisons les commandements de l’Ancien Testament, nous réalisons progressivement ce qu’ils signifient pour nous dans les conditions actuelles. Que symbolisent l’âne, la vache et d’autres concepts liés à l’agriculture. Même à un citadin contemporain, il lui sera dévoilé ce que cela signifie pour lui aujourd’hui. Il pourra se rendre compte que telle ou telle loi s’est déjà réalisée dans sa vie et dans une situation donnée sans qu’il l’ait connu aux préalables et sans qu’il ait dû penser pour agir selon elle. Il l’aura respectée non par crainte, mais de manière instinctive et par Amour d’Elohim ou de son prochain, car cela lui a été gravé dans le cœur.

Connaître la loi après notre naissance à nouveau renforce notre foi en ce que Christ vit réellement en nous et témoigne de la présence du Saint-Esprit dans nos cœurs

La loi devient vraiment une malédiction lorsque nous la prenons en mains et la respectons afin de décrocher une récompense quelconque et/ou lorsque nous l’utilisons pour juger les autres sans le Saint-Esprit et l’Amour. De tels agissements sont les signes que quelque chose ne va pas au niveau de notre Alliance avec Christ. En tels cas, dis-toi bien que tu pensais être né de nouveau, mais quelqu’un ou toi-même t’es-tu peut être induit en erreur. Examines-toi et demandes le baptême d’eau et/ou de feu, toi seul et Elohim savez ce qui te manque et où tu en es. Mais si tu souffres de ces symptômes, tu es encore au niveau de la religiosité et du pharisaïsme. C’est pour ne pas tomber dans cette erreur que d’autres par contre choisissent l’autre extrême et se mettent à nier la Loi. En tel cas, tu te fais toi aussi transgresseur de la loi, et tu ne te rends pas compte que tu rejettes l’essence-même de Christ.

Que seul celui qui les a gravés dans le cœur parle des Commandements et ose les enseigner.

Sur notre chemin de disciple, notre sanctification se réalise par le fait que les commandements sont successivement restaurés et remis en vigueur dans nos esprits.

Ne faisons donc pas obstacle à l’œuvre que le Saint Esprit souhaite accomplir en nous.

Voir aussi : Shavouot – Pentecôte

richard.sipos/z.shlomo/2022/09/07

Pin It on Pinterest

Share This