Cela fait longtemps qu’on ne devrait plus expliquer aux chrétiens en quoi l’État juif est légitime à la lumière des prophéties. Malheureusement, cela est encore nécessaire, car les fausses doctrines chrétiennes qui tentent de se substituer à l’Israël en esprit représentent une telle proportion du monde chrétien que l’on ne peut toujours pas négliger ses groupes de personnes et nous devons continuer le combat en leur faveur afin de leur ouvrir les yeux.

Mais parmi ceux qui acceptent les prophéties, la question se pose souvent de savoir quel genre de prophétie permet à un pays visiblement aussi dépravé que l’État cioniste moderne d’exister encore ? Comment pouvons-nous considérer l’un des États les plus athées et les plus souillés des péchés les plus divers comme étant l’accomplissement de prophéties bibliques en accord avec la volonté du Tout Puissant ?

La question est en effet légitime, et si nous sommes en Esprit et que l’on pose les regards sur Erec, on s’aperçoit vite qu’aucun sentiment de catartisme spirituel ne nous gagne, bien au contraire.

À qui appartient la Terre Sainte ?

Il est impératif de noter que le seul propriétaire de la Terre Sainte est YHWH lui-même et non le peuple juif, ou au sens plus large, les Israélites, ni aucun autre peuple. Il s’agit de l’unique portion de terre où, dès le commencement, le seigneur du ce monde, Satan, n’a aucun droit de disposition. Et il plut à YHWH d’avoir réservé cette Terre au Peuple Élu depuis le début jusqu’à la fin des temps. Lorsque de temps à autres, contre sa volonté, il est obligé d’en exiler ses fils désobéissants, le pays se retrouve provisoirement aux mains d’autres peuples.

Sionisme

Tivadar Herzl, journaliste germanophone d’origine juive hongroise, né dans le voisinage de la grande Synagogue de la rue Dohàny à Budapest, mais résidant à Vienne et travaillant pour un journal viennois, était en mission à Paris lorsque la célèbre affaire Dreyfus avait lieu. Il a vu l’officier Dreyfus, accusé de trahison, être privé de ses fonctions et de son grade en public, lorsque son épée fut brisée. Herzl fut choqué lorsqu’il vit une foule haletantes se rassembler sur les lieux en criant : « Mort au juif ». Il n’en revenait pas qu’à peine un siècle après la révolution française et la proclamation des droits de l’homme, le peuple français était encore à ce niveau de primitivité. Comme il s’est avéré plus tard, les coupables étaient les officiers français supérieurs chrétiens de Dreyfus, et les documents secrets de l’armée française ont été remis aux officiers allemands par l’intermédiaire d’un aristocrate hongrois, le comte Eszterházy. Ce sont eux les traîtres qui choisirent un juif comme bouc émissaire. Ce fut la vision de l’humiliation de Dreyfus et de la rage du peuple qui ont donné naissance au concept de l’État juif moderne dans l’esprit de Tivadar Herzl à Paris à ce moment précis de l’Histoire. Il s’est rendu compte que nous avons besoin d’un pays où nous jouissons d’autodétermination, où nous pouvons nous défendre avec des armes et vivre en paix les uns avec les autres.

Le sionisme, depuis Herzl à ce jour a toujours été traditionnellement athée et socialiste. Il s’agit principalement d’une initiative venant de juifs pour la plupart assimilés et non croyants qui ressentaient dans cette Europe d’avant les pogroms et l’Holocauste que quelque chose de très malsain était en préparation et que le temps était venu de partir et regagner notre patrie ancestrale.

C’est ce qui a finalement abouti un peu tard en 1946, lorsque l’État d’Israël a finalement été proclamé.

Anti-sionistes

Beaucoup savent que les plus grands antisionistes du monde sont souvent des juifs et ceux qui comptent officiellement comme étant des juifs par le sang sont des ennemis féroces de l’État Juif. (Par exemple György (Georges) Soros – proclamé persona non grata en Israël, personne indésirable, car étant partisan et financeur déclaré de groupes terroristes arabes. Il fut également utilisé comme « chien de détection » durant son adolescence par les nazis à Budapest sous la guerre. C’est lui qui aida ses maîtres nazis à s’exproprier les objets de valeurs laissés à l’abandon dans les appartements des juifs qui avaient été déportés. Voir les vidéos d’interview à ce sujet sur youtube où il explique et avoue lui-même son passé presque avec fierté.

Il existe une autre forme d’antisionisme juif qui n’est pas basé sur l’athéisme, mais au contraire, sur l’extrémisme religieux. Dans ce cas également, ce sont les Juifs d’origine hongroise qui se démarquent de la moyenne. Le courant orthodoxe Szatmár (de la région hongroise du même nom) refuse fondamentalement de permettre à quiconque d’établir un État juif en Terre Sainte. Pour eux, seul le Messie a le pouvoir de ramener l’état d’Israël à la vie. Jusque-là, aucun juif n’a le droit de le faire. Cependant, le retour des juifs en Terre Sainte est selon eux également autorisé et même recommandé. Ceux-ci travaillent également en faveur de la prophétie du retour, mais d’une manière différente, négligeant complètement le côté politique et administratif de la question. Ce sont eux qui bénéficient du système de sécurité, de la protection militaire et des avantages sociaux de l’État sioniste, mais qui refusent d’y contribuer, de travailler ou de servir dans l’armée. Ou plutôt, ce sont leurs femmes qu’ils envoient travailler à leur place, car l’homme se doit naturellement d’étudier les textes du matin au soir. Pendant ce temps, ils attendent de leurs compagnes qu’elles aillent gagner le pain qu’ils mangeront le soir, tout en se débrouillant pour maintenir un foyer propre et correct et de s’occuper de leurs 5 à 13 enfants par famille en moyenne.

L’orthodoxie Satmar est le courant le plus répandu dans le monde. Ils peuplent principalement les villes d’Anvers et New York où se trouvent des communautés plus importantes en dehors d’Israël.

Au sein de cet orthodoxie s’est développé le courant neturei karta, « défenseurs de la ville » qui ne se bornent pas à la résistance pacifique, mais militent violemment contre l’Etat d’Israël. Ce sont eux qui, vêtus de drapeaux palestiniens, brûlent des drapeaux israéliens tout en finançant eux-mêmes des groupes terroristes arabes qui versent du sang juif et se présentent souvent avec les dirigeants des principaux ennemis d’Israël. Ce sont eux qui commettent de manière indirecte le fratricide violant ainsi une loi beaucoup plus fondamentale que celle de la défense d’établir un état juif à la place du Messie. Il s’agit de vulgaires assassins qui selon nos lois, et les leurs par la même occasion, mériteraient la mort immédiate par lapidation. Ils sont naturellement d’autant plus aveugles concernant ce fait évident, que leur délires talmudiques extrêmes surpassent ceux de la moyenne des autres religieux.

Un orthodoxe digne de ce nom et en harmonie avec lui-même, s’il y en a, ne se permet de professer ses opinions antisionistes que de manière descente et modérée. Un juif digne de ce nom, ne va jamais lier pacte avec l’ennemi et critiquer son frère en public ni inciter à la haine et la destruction de ce dernier. Et s’il se sent une envie pressante de brûler un drapeau israélien, il le fera en famille derrière les rideaux et non dans la rue aux yeux du monde entier.

Commande/promesse du retour

Cette situation chaotique où il est humainement très difficile de dire qui a raison, doit être considérée du point de vue de l’Éternel. Car tous effleurent de près ou de loin des vérités fondamentales venant de YHWH et la plupart des parties ont une bonne excuse pour leurs comportements déviaSionistes.

Selon la volonté de l’Éternel et suite à la destruction du sanctuaire, vers 70, le peuple juif a entamé le plus long exil de son histoire qui dure jusqu’à ce jour. Cependant, selon les prophéties, le peuple doit réintégrer sa patrie originale avant le retour du Messie.

Nous avons ici à faire avec un peuple qui est tombé dans deux extrêmes. Une partie a abandonné la pratique de sa religion est qui est en colère contre son Créateur parce qu’elle ne comprend pas comment ce dernier a pu permettre de leur faire subir autant de souffrances. Ceux-ci ont souvent préféré abandonner leur identité qu’ils considèrent comme la source et la cause de tous leurs maux.

D’autre part, nous trouvons des juifs qui suivent les préceptes religieux à la lettre. Ces préceptes qui ont beau se baser sur la Torah, la Parole révélée de YHWH, en ont été grandement déviées par une multitude d’enseignements superflus et humains. Ce sont précisément ces enseignements et préceptes travestis qui constituent le voile qui est venu se déposer sur leur cœurs et leurs yeux et qui les empêche de reconnaître le Messie en Yeshoua. Chez eux, les persécutions et souffrances subies au cours de siècles n’a fait qu’accroitre leur intégrisme religieux afin de regagner la sympathie d’Elohim. Il est ce frère un peu bêta qui malgré tout sera le premier de classe tellement il étudiera pour prouver qu’il est le contraire. Il est le schtoumpf à lunettes de la communauté, celui qui fait même ce que l’on attends pas de lui afin de plaire au grand schtoumpf. C’est lui qui va continuer à porter un schtreimel et un kaftan bien noir (chapeau de fourrure et longue tunique noir) même après avoir quitté ses steppes froides de russie alors qu’il vit depuis longtemps sous le soleil de plomb du proche orient car c’est ce que les grands « sages » d’Israël lui ont demandé de faire 150 ans plus tôt et ils croit bien faire. Et on pourrait énumérer les nombreuses absurdités que renferme encore la littérature rabbinique. Son comportement reste néanmoins attendrissant, car il est tellement convaincu que c’est ainsi qu’il fait plaisir au Père.

Il est clair qu’aucune des parties ne rempli plus le rôle, l’identité et le chemin d’origine qu’Elohim leur a assignés, surtout depuis que le Messie n’a pas été reconnu en Yeshoua. Pourtant la promesse, le commandement, la prophétie du retour sur la Terre Sainte à un moment donné est toujours valable, car le rejet du Peuple n’a jamais eu lieu et n’aura jamais lieu (voir Romains 11, s’il est encore nécessaire d’attirer l’attention là-dessus).

Imaginez un père étant obligé de chasser ses fils de la maison car ils sont incapables de se plier aux règles de la maison. Puis, avant de les laisser partir, il leur ordonne de rentrer chez eux avant le coucher du soleil car le danger approche. Les fils peuvent errer toute la journée, certains d’entre eux allant encore plus loin des préceptes du père et d’autres essayant de les garder avec un zèle de plus en plus délirant et inutile. Aucun ne revient réellement à la Parole du Père, mais tous deux ressentent le danger de la nuit arriver et se pressent de rentrer chez-eux. Qui selon ses propres motivations et intentions athées ou religieuses, mais l’important c’est qu’ils reviennent tous. Même s’ils ne le font avec la repentance voulue, le principal c’est qu’ils restent en vie à l’abri des dangers de l’obscurité.

Israël, en tant qu’État laïc, qui, à bien des égards est également influencé par les forces antichrist, a au moins l’avantage de réunir le troupeau égaré. Ainsi, l’Éternel permet que ce rassemblement se fasse provisoirement sous des drapeaux étrangers, tel le sionisme socialiste et athée. Ceux donc qui critiquent la laïcité d’Israël le font à juste titre, mais ils n’ont tout simplement aucune vision quant au fait que le retour en Erec ne pourrait se faire autrement dans le cas de beaucoup de juifs. Et au lieu de critiquer, tu devrais te réjouir, faute du reste, de voir au moins cette loi s’accomplir, celle de rentrer en Terre Promise. Ceux par contre qui acceptent Israël tombent souvent dans l’autre extrême, celle de l’idolâtrie du juif voir celle de l’accomplissement de la prophétie. Eux, même s’ils n’acceptent pas consciemment les péchés, ils la tolèrent malgré tout en jetant le voile sur les péchés d’Israël au lieu d’y remédier en les dévoilant, et en annonçant le chemin de la guérison qui est Christ. Ainsi, cette langue de bois et politique de l’autruche ne contribue qu’à faire empirer davantage la situation.

Et la communauté juive religieuse devra un jour se rendre compte que la plupart de leurs frères séculiers n’ont pas abandonné la foi simplement à cause de l’antisémitisme. Nombreux sont ceux qui ont été dissuadés de rester dans la foi à cause des doctrines et les lois talmudiques visiblement humaines et intrinsèquement très étrangères à la mentalité juive originelle. Un juifs sobre et lucide ne basculera jamais dans l’orthodoxie et ceci n’est pas une question de foi. Quiconque a une idée des choses de l’Éternel se rendra vite compte que le judaïsme rabbinique est rempli de doctrines, de lois et d’exigences inacceptables, à la fois au niveau intellectuel qu’au niveau spirituel ! Et comme il n’y a pas d’autre alternative pour demeurer juif, il préfère sortir dans le désert du monde et utiliser ses talents pour réussir dans la vie et subsister. Celui-ci n’aura d’autre but que de garantir le meilleur enseignement possible à ses enfants afin qu’eux aussi puissent survivre dans un monde qui leur est étranger et hostile. L’argent ne fait pas le bonheur, mais est souvent une aide précieuse et un moyen de survie. Ce point de vue est humainement compréhensible et les dirigeants de l’État sioniste actuel fonctionnent selon ce principe. Tant qu’il y a assez d’argent et d’armement, tout va bien. Ce sont leurs idoles, pour l’instant.

La question palestinienne

Selon certains, il paraîtrait qu’il n’existe aucun peuple palestinien de nos jours. Mais là n’est pas la question. Ils pourraient très bien exister, mieux être les descendants directs des Philistins antiques, qu’ils resteraient tout aussi étrangers à la Terre Sainte qu’ils ne le sont à la base. Les Philistins, leurs ancêtres présumés, ont eux-même toujours été des intrus et des usurpateurs dont la présence en Terre Sainte et l’hostilité vis-à-vis des juifs était conséquence directe des péchés d’Israël. Je ne comprends donc pas vraiment le débat et surtout je ne comprends pas pourquoi personne ne prêche cette vérité fondamentale au lieu de discuter et de s’expliquer inutilement ?

Ou plutôt oui, les palestiniens existent bel et bien et ce, depuis l’époque romaine, lorsque la volonté de déjudaïsation d’Israël de la part de l’empire est allée jusqu’à renommer la Terre Sainte, Palestine et les juifs qui y vivaient, palestiniens. Dans les années 1930, les encyclopédies définissaient les colons juifs comme étant des palestiniens et le drapeau de la Palestine qui allait avec était essentiellement le même que le drapeau israélien d’aujourd’hui, fond blanc avec l’étoile de David bleue au milieu. Donc, si vous voulez, les palestiniens existent toujours, il s’agit de l’un de nos surnoms depuis plus de 2000 ans.

Mais du point de vue des arabes appelés palestiniens, c’est l’histoire des cananéens, et non celle des philistins qui est beaucoup plus intéressante. Comme il ressort clairement de l’histoire de Rahab au moment de la première conquête, les anciens locataires de la terre promise, n’étaient pas non plus très heureux de voir débarquer le peuple israélite. Cependant, d’après les paroles de Rahab, nous savons que l’arrivée et l’intention des israélites de prendre possession du territoire ne leur est pas tombé dessus de manière inattendue. Le gens ont entendu parler de l’arrivée des juifs et avaient peur, comme nous le lisons dans Josué 2: 9 – L’Éternel, je le sais, vous a donné ce pays, la terreur que vous inspirez nous a saisis, et tous les habitants du pays tremblent devant vous.

De nombreuses personnes investissent encore aujourd’hui dans l’immobilier. Ils achètent des studios dans les centres-villes pour permettre à leurs enfants mineurs aujourd’hui d’étudier et de démarrer dans la vie une fois adultes. Jusque-là, ils louent leurs appartements pour d’amortir leur investissement mais aussi afin que le bien soit entretenu et ne reste pas en jachère. Le même genre de chose se produit avec la Terre Sainte.

L’Éternel parla alors. Il a mis sur le cœur des cananéens que le temps était venu. Certes, ils n’ont certainement pas reçu le message juste le moment venu, lorsque les juifs cernaient déjà Jericho, mais leurs ancêtres devaient déjà en avoir été informés dans le fond de leur âme. Toutes les générations de cananéens ont certainement toujours ressenti que cette terre n’était pas la leur, mais qu’ils pouvaient l’utiliser pendant un certain temps. Ils ont dû se sentir étrangers depuis le début. Puis, lorsque le moment est arrivé pour le propriétaire de remettre le bien à son propre enfant devenu adulte, les locataires ont réagi de différentes manières et beaucoup d’entre eux se sont rebellés.

Rien n’a changé depuis. L’Éternel ne rejette pas les arabes. La promesse d’Hagar et d’Ishmaël, dans la mesure où les arabes d’aujourd’hui sont leurs descendants, est tout aussi valable que les promesses faites à Israël. N’oubliez pas que nous ne sommes pas un peuple privilégié, mais simplement un peuple élu. Sélectionnés, mis de côté pour le service, pour le service des autres, et non l’inverse. Cependant, nous avons également le droit au logement, le droit d’avoir un pays quelque part dans le monde.

Dans un sens plus large et en Christ, nous attendons aussi avec impatience les arabes dans la famille élargie, d’autant plus que nous sommes aussi parents par le sang. Le Seigneur ne jette pas cruellement les gens dans la rue. La plupart des cananéens ont certainement dû s’installer un peu plus loin, où, ayant fusionnés avec la population locale, leurs descendants actuels font sans doute partie du monde arabe. Ils vivent, seulement ailleurs, différemment, peut-être mieux. Dans un endroit où ils peuvent réellement se sentir chez eux. Peut-être sont-ce justement les descendants des cananéens obéissants d’alors qui aujourd’hui vivent de la richesse provenant du pétrole. Qui sait ?

Le groupe arabe appelé palestinien depuis les années 40 jusqu’à aujourd’hui, ayant habité la Terre Sainte durant ces quelques derniers siècles, aurait certainement de même, reçu une nouvelle demeure, s’il avait obéi. Mais finalement même ceux qui ont quitté pour aller s’installer en Jordanie continuent à revendiquer leurs droits sur la Terre Sainte et n’attendent que le feu vert des États du monde pour reprendre possession de ce qu’ils croient leur appartenir.

Ainsi, ceux-ci se mettent sous une malédiction terrible et sont en grand danger à cause de leur persévérance à ne pas restituer ce qui ne leur appartient pas. Les sentiments du pardon et de la résignation doivent être développés en eux, et la conviction que si YHWH prends quelque chose, il donne toujours autre chose à la place, autre chose de bien meilleur.

Il ne fait aucun doute que l’Esprit de YHWH a marché devant les colons juifs de la fin du 19e siècle jusqu’à la fondation de l’État en 1946 et jusqu’à nos jours. Ainsi, les groupes ethniques qui y vivent, à l’instar des cananéens de l’époque, ont reçu l’ultimatum de restituer le pays et de le passer, non aux juifs, mais à son seul propriétaire légitime, YHWH. qui a voulu qu’il serve de terre d’accueil pour le peuple juif.

Elohim n’a pas l’intention de jeter, de balayer qui que ce soit. Il aurait pu bénir ce peuple qui cause autant de soucis au monde et lui donner une nouvelle patrie. S’ils avaient obéi, ils auraient récupérer abondamment ailleurs, ce qu’ils ont perdu ici. Le moment est venu et le juif doit rentrer chez lui pour que les prophéties du rassemblement s’accomplissent en préparation du retour de Christ. Quiconque s’opposant à ce projet se met en danger de mort.

L’armée israélienne, en revanche, n’a pas saisi l’occasion, il y a 40 ou 50 ans, alors que cela n’aurait encore dérangé personne au monde, à part les arabes eux-même, d’expulser l’intégralité des arabes du territoire d’Israël alors qu’il était encore temps. Aujourd’hui, le monde s’attend à ce que nous leur demandions pardon pour toute chose, même pratiquement pour le fait de vouloir éviter leurs coups de couteau. Prendre les armes contre eux suite à des années de provocation et de missiles tirés contre les juifs est devenu un véritable sacrilège que la plupart des nations devenues complètement insensées condamnent aveuglément. Voilà où nous en sommes !

Cependant, je ne nie aucunement que certains arabes subissent parfois des traitements inappropriés. Après tout, dans une situation de guerre, n’importe qui peut péter un plomb à tout moment, comme on dit, et un soldat israélien peut aussi se comporter de manière inhumaine. Cependant, cela n’excuse en rien la présence illégitime et l’attitude rebelle des arabes sur le territoire, de sorte que les excès ultérieurs des soldats juifs, bien que souvent répréhensibles, ne justifient pas leurs droits présumés.

En outre, celui qui provoque de manière incessante ne doit pas s’étonner à une réaction de défense en retour. Montrer du doigt après avoir allumé le feu est un comportement particulièrement vil et cynique. De plus, une humanité dont l’esprit se base sur un humanisme excessif et démesuré, ne comprendra jamais comment celui qui est visiblement plus fort peut-il avoir raison face à celui qui à l’air complètement démuni.

Elohim les aurait bénis en abondance ailleurs, là où les arabes vivent déjà quelque part dans les millions de kilomètres carrés que représente le monde arabe. Si ma phrase vous fait sourir vérifiez par vous-même: 13 150 000 km², superficie du monde arabe du Maroc à la frontière iranienne, de la Méditerranée à la frontière de l’Afrique noire. Certains diront que la grande partie de ce territoire est un désert inhabitable ? La faute à qui ? La Terre Sainte l’était également avant que les juifs n’arrivent. Ils ont presque miraculeusement transformé une grande partie de la région en une oasis prospère. Avec un mode de vie approprié et une volonté de vouloir travailler et non de juste sortir faire paître ses chèvres et ses moutons qui finiront par digérer jusqu’au dernier brin d’herbe, l’homme est capable de restaurer et de maintenir un environnement sain.

Je pense qu’il est inutile de discuter sur le caractère mesquin et cupide de cet esprit qui se borne à refuser cette petite parcelle de terre de dimension insignifiante à un peuple qui n’a nulle part où aller depuis 2000 ans et qui protège bêtement une soit-disant minorité défavorisée. La superficie actuelle d’Israël est de 21.000 km². Ici vivent 6 millions de juifs et 3 d’arabes. Sachant que le nombre de Juifs officiels toujours dispersés dans le monde est de 12 millions d’âmes supplémentaires, sans compter les descendants des tribus perdues pas encore rassemblées ou les membres perdus de la tribu de Juda qui sont assimilés et dont le rassemblement est également en cours, en cas de réunification à grande échelle selon les promesses bibliques, nous risquons de nous sentir plus comme des sardines que comme des juifs. En tel cas, les arabes qui s’obstineront toujours à rester finiront par fuir ne serait-ce qu’à cause de l’odeur.

Faux juifs et véritables Khazars ou vice versa

Notre droit fondamental à la Terre découle du fait que nous nous considérons comme étant les descendants de Jacob, principalement de son fils Juda et Benjamin. Cependant, selon certaines théories, la masse juive d’Europe centrale n’est pas de Jacob, mais descend des Khazars convertis au judaïsme. Dans un autre article, je développerai ce sujet un peu plus en détails. Mais très brièvement, il y a trois possibilités, dont aucune ne peut être exclue. La première est que la théorie est fausse et que nous venons tous de Jacob. L’autre est que seule la classe dirigeante des khazares se soit convertie au judaïsme, comme le prétendent nombre d’historiens juifs et non juifs.

Le troisième cas, souvent acceptée par des juifs eux-même – historiens et généticiens, est que la théorie est tout à fait juste et que les Juifs de Pologne, Hongrie, Ukraine, Roumanie, jusqu’aux montagnes russes de l’Oural sont en grande partie les descendants de ces khazares prosélytes.

Et ici, généralement on arrete le raisonement. Tout à coup, les juifs remis en question restent en silence et préfèrent tourner la page et ne pas examiner plus en profondeur ce sujet si délicat.

Cependant, le territoire khazare se situe à quelques centaines de kilomètres au nord-est du Royaume d’Israël. Quelle coïncidence ! Il s’agit en effet de la direction exacte vers laquelle les 10 tribus ont été déportées. Il est très suspect lorsque quelqu’un ressent une attirance profonde pour le peuple juif, à tel point qu’il ait une envie irrésistible de se convertir au judaïsme. Ceci n’est pas ce qui se passe dans la plus grande majorité des cas ! Le contact avec les juifs génère généralement tout autre chose que l’attirance. Haine, mépris et hostilité sont les sentiments que notre présence génère dans le cœur des nations et non une quelconque forme de sympathie ou d’attirance. La relation des Nations avec les Juifs ne reflète généralement pas l’attitude des Khazars, mais plutôt celle des Kozaks. Dans de nombreux cas, l’attirance s’amorce lorsque des gènes semblables rentrent en contact les uns avec les autres. C’est un peu cela que Jean le baptiseur a dû ressentir dans le ventre de sa mère lorsque Marie a rendu visite à Elizabeth avec Yeshoua dans son ventre.

Cette chose ne m’a pas été révélée, il ne s’agit pas d’une vision prophétique, mais d’un simple raisonnement humain presque mathématique, mais j’ai un fort préssentiment que si la théorie Khazar s’avérait être vraie, il s’avérerait également que les Khazars, au moins une grande partie d’entre eux, ne sont autre que les descendants des 10 tribus déportées. C’est ainsi que s’accomplirait la prophétie du rassemblement, non dans les derniers jours au sens qu’on lui donne aujourd’hui, mais durant les derniers jours tels qu’il étaient présentés par Jésus comme ayant déjà commencé durant sa vie sur terre. Le rassemblement des tribus perdues serait donc en cours depuis près de 2000 ans.

Il ne resterait aux juifs ashkénazes actuels que de se voir révéler de quel tribu ils viennent réellement. Jusqu’à présent nous pensions descendre de Juda, Benjamin, Siméon, ou même Lévi, puisque ces quatre sont restés, mais il s’avèrera peut-être sous peu que beaucoup d’entre nous qui aurions souhaité être les fils de Rachel devrons nous rendre à l’évidence que nous ne descendons pas même de Léa, mais éventuellement de l’une des deux servantes de ces dernières.

Le fonctionnement de El Shadaï sur le territoire de l’actuel Israël

Que celui qui a encore des doutes sur le fait que l’état d’Israël actuel ait quelque chose à voir avec les prophéties bibliques écrites de longue date aille voir dans les média et les récits des habitants du pays, de combien de véritables miracles les Juifs d’Israël ont été les témoins depuis la fondation de l’Etat. Prenons seulement le cas le plus courant : les roquettes tirées depuis Gaza. Une quantité inimaginable de roquettes ont été tirées de Gaza vers Israël depuis le début des années 2000. Celles-ci auraient dû faire énormément de victimes. Cependant le nombre de bléssés et de morts et même de dégâts matériels est si faible par rapport au nombre d’obus qu’attribuer cela au hasard ne passerait même pas pour une mauvaise blague.

Malgré l’apparence et la volonté de la majorité, voulant dépeindre les philistins modernes comme étant des petits David et contre le grand Goliath que représente l’armée israélienne, l’histoire reste cependant la même que sous le règne de Saül. Israël a beau avoir une énorme force de frappe, être l’armée la plus redoutable du monde, le géant n’en reste pas moin le soit-disant philistin avec son miliard de frères musulmans derrière pour l’appuyer sans compter les nations anciennement chrétiennes ayant renié leur foi et se rassemblant de plus en plus en grand nombre derrière les ennemis de la nation juive.

Le David moderne arrive encore à se défendre seul par sa porpre puissance contre Goliath, ses ennemis. Mais bientôt le temps viendra où, comme le David originel, il vaincra l’ennemi une fois pour toute, mais en mettant sa confiance uniquement dans le Seigneur des Armées.

Le rôle d’Israël dans les derniers temps

Il s’agit du lieu du rassemblement des Juifs, où la véritable identité du Messie leur sera collectivement révélée lorsqu’ils le pleureront comme on pleure un premier-né.

L’état d’Israël est aussi l’endroit de prédilection de l’Antéchrist. Car là sera bâti le dernier temple, qui deviendra le trône de l’antéchrist. Là seront unifiées les religions du monde, Jérusalem une ville indivisible selon YHWH, sera quant-à-elle divisées en trois parties. C’est là que l’image de la bête sera érigée et devant laquelle tous les genoux, ou presque, seront forcés de fléchir, comme au temps de Daniel.

Israël est aussi le lieu où Gog et Magog se rencontrent à la fin du millénaire.

Jérusalem est également la ville où les deux témoins devront être mis à mort avant de ressusciter et de retourner aux cieux.

Il serait bien trop long d’énumérer tous les événements qui ne pourraient se réaliser sans le retour du peuple juif en Terre Sainte. Ce sujet sera développé plus tard.

ZeevShlomo/RichardSipos/20/30/2021